Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par glazik-plomeur

Libye : le PCF souligne les risques d'une logique de guerre

En adoptant, sous pression de la France et de la Grande-Bretagne, une résolution qui autorise une intervention militaire aérienne et des frappes ciblées, le Conseil de Sécurité prend le risque d'un engrenage en s'inscrivant dans une logique de guerre aux conséquences hasardeuses.

Le Parti communiste français, qui n'a cessé d'exiger l'arrêt immédiat des opérations et de la répression militaires ayant déjà fait de nombreuses victimes civiles, réitère une  fois encore sa condamnation du régime de Kadhafi et son plein soutien aux forces qui agissent pour la démocratie en Libye, avec le Conseil National de Transition. De lourdes questions se posent aujourd'hui. Toutes les possibilités d'aide directe ou par les États arabes à la rébellion ont-elles vraiment été étudiées? Est-ce vraiment la protection du peuple libyen que cherchent les puissances occidentales? Des experts, des journalistes expliquent déjà qu'il faudra envoyer des forces spéciales au sol et que l'objectif est de faire tomber le régime de Kadhafi...

Le Parti communiste français, dans ces graves circonstances,  rappelle le désastre des guerres en Irak et en Afghanistan qui furent chaque fois déclenchées au nom de la protection des populations et de la démocratie. Il exprime son inquiétude profonde devant une telle situation. Il appelle à la plus grande vigilance. Il s'étonne enfin par ailleurs du silence complice qui entoure au même moment la répression du mouvement populaire au Barheïn.

 

Parti communiste Français

 

L'ARAC aussi ...

 

 

Association Républicaine des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, des Combattants pour l'Amitié, la Solidarité, la Mémoire, l'Antifascisme et la Paix

Membre de la Commission permanente française pour une Culture de Paix de l'UNESCO

 

 

COMMUNIQUÉ de l’ARAC

 

 

La France est engagée par le Président de la République dans un nouveau conflit.

 

Va-t-on vers un nouvel engagement des troupes françaises sur un 34eterritoire extérieur ?

 

Les risques pour notre pays sont lourds de conséquences dans cette région du monde ?

 

Défendre la démocratie, assurer la protection et le respect des populations civiles, répondre aux attentes des peuples n’implique jamais le recours à la force.

 

Depuis des décennies, les gouvernements français n’ont eu de cesse d’entretenir des liens obscurs et contestables avec le Colonel Kadhafi et son régime.

 

Plutôt que de poursuivre cette politique néo-colonialiste dite « françafrique » il aurait mieux valu œuvrer à l’ouverture vers la démocratie, répondre aux légitimes aspirations des peuples de cette région du monde, au lieu de favoriser l’intérêt des grandes sociétés capitalistes.

 

La politique extérieure de la France, doit s’exercer dans la durée en respectant les intérêts de chaque pays, et non par des effets oratoires, incitant à la guerre et ne visant qu’à masquer l’alignement derrière les USA, et la situation intérieure française catastrophique.

 

L’ARAC soutient, depuis sa fondation, l’aspiration des peuples à la démocratie, à la sécurité, à l’entente, dans l’intérêt mutuel, à la paix.

 

Elle refuse de s’associer à toute démarche visant à une nouvelle répartition des zones d’influence dans le monde, notamment au Proche et au Moyen-Orient, et en Afrique.

 

L’ARAC est engagée dans le combat républicain pour la démocratie, le respect des droits fondamentaux des peuples à la liberté. Elle s’oppose à tout règlement de conflit par la guerre.

 

 

Villejuif, le 18 mars 2011

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article