Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

 

 

 

Port-de-Loctudy.jpgLe désenvasement des ports de Loctudy et Lesconil, semble acquis , mais concrètement qui va payer ?

 

Si nous prenons le cas de Loctudy, Le budget principal de la commune représente en section de fonctionnement 43 % en dépenses et recettes, pour une somme de 3 860 000 € et 57 % des dépenses et recettes d'investissements pour 5 090 000 €. ( Budget qui a été voté par la majorité de droite, avec 6 voix contre. 3 pour la gauche de progrès et 3 pour le PS.)

Or le désenvasement devrait selon le plan prévisionnel des opérations adopté par les élus, la part de financement de la commune est évaluée à un peu plus de 3,5M€. Une somme qui va obliger la commune à faire appel à l'emprunt et à l'autofinancement pour 30% de ce montant. Pour les 70% restants (2,4M€), le conseil a sollicité des subventions auprès du Fonds national d'aménagement et de développement, et du Fonds européen de développement régional. Oui mais la commune va devoir aligner 3,52M€ pour financer la partie de l'opération qui lui échoit. Aucune subvention n'est acquise pour le moment.


On peut alors s'interroger comment avec un budget de l'ordre 9 millions d'€ la commune va faire face à l'ensemble de sa mission de service public vis à vis des loctudistes, et en plus sortir des sommes importantes pour le désenvasement des ports, l'ardoise risque d'être salée...

 

Il faut noter que les élus de la « Gauche de progrès » dans un communiqué expliquent la cohérence de leur choix qui n'a pas varié depuis la clôture de l'enquête publique. «Notre position est claire. Le 8 octobre 2010, les élus se sont prononcés sur la demande d'autorisation pour le dragage des ports de Loctudy et Lesconil. Lors de ce conseil, nous avions déclaré que les élus de la Gauche de Progrès ne participeront pas au vote sur la demande d'accorder l'autorisation sur le dragage des ports de Loctudy et Lesconil. Réduire à une simple question de type référendaire (oui ou non) la résolution d'un problème complexe et contradictoire est une aberration. Il faut désenvaser les ports. Le dragage est nécessaire et urgent et tout nouveau retard dans la prise de décision aggraverait les perspectives de développement de la pêche, de la plaisance mais aussi de l'économie de Loctudy. Cependant, la situation actuelle n'est pas le fruit du hasard. Elle est la résultante de décisions antérieures, facteurs de retards multiples: volonté de la municipalité d'associer, dans un premier temps, le désenvasement à l'agrandissement du port de plaisance, absence d'enquête publique, prise en charge du dossier par le conseil général... Aujourd'hui nous payons les conséquences de ces incompétences...». «C'est en cohérence avec cette position qu'en juin2011 nous n'avions pas pris part au vote sur l'intérêt général du désenvasement du port, et c'est aussi en toute logique que nous nous sommes abstenus, vendredi dernier, sur la question concernant le montage financier du projet, étant donné les conséquences et aléas environnementaux».

Port-de-Loctudy-2.jpgCar l'aspect environnemental est bien réel, il s'agit de claper en mer 165 000 m3 de sédiments, issus du dragage des ports, à environ 8 miles nautique des côtes. sur une zone de pêche située en zone Natura 2000. Selon les pêcheurs, cette zone de clapage correspond au lieu historique de la pêche de la langoustine, ou un grand nombre de bateaux de pêche sont chaque jour sur zone.

Sans opposer plaisanciers et pêcheurs, car le dragage semble bien nécessaire,mais il s'agit bien de répondre à l'attente des plaisanciers dont le port est inutilisable la moité du temps car quasi sec, restreignant les sorties des plaisanciers et limitant l'activité économique du port de plaisance.

Les choix politiques faits par la municipalité de Loctudy conduisent à s'interroger sur ce que l'on pourrait appeler « le tout tourisme » qui ne permet pas une activité économique régulière, nécessaire à retenir les jeunes alors que l'activité pêche se dégrade et que l'avenir des métiers attachés devient de plus en plus sombre.Port-Loctudy-3.jpg

 

Le tourisme représente une activité économique réelle, en particulier depuis l'affirmation de Loctudy en tant que station balnéaire, mais est-ce suffisant ?

Le recul de l'activité pêche avec ses métiers environnant qui jusqu'en 2006 représentait une flottille de 26 chalutiers hauturiers, 10 chalutiers côtiers et de 23 canots. Soit près de 330 emplois directs sur la commune générés par les activités du port.. Combien sont-ils aujourd'hui ? Avec 3400 t débarquées en 2010 Loctudy se situe au 19ème rang des ports de pêche, en recul constant, le second souffle prédit par l'actuelle majorité et basée sur « son second moteur, le tourisme, dans un cadre ambitieux de gestion du territoire visant à maintenir les équilibres sociaux, préserver les espaces naturels et protéger les ressources et l'environnement de façon générale. » est peu probable , dans l'état de crise généralisée du pays. Il semble bien que ce ne soit suffisant pour relancer une véritable économie locale.


 

La recherche de nouvelles activités en particulier dans la recherche biomarine ou toutes autres activités qui permettent la création d'emplois pérennes...

L'activité en direction de la mer ne doit non plus négliger le développement des services publics, car l'objectif est bien « vivre et travailler à Loctudy »

Quel sera  l'avenir pour Loctudy, il est temps que les citoyens le prenne en mains.

R.D.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article