Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Torreben

Libérons la monnaie, libérons-nous de la dette!

Le monde d'après la crise du Covid-19 se prépare dès aujourd'hui. Et la Banque centrale européenne (BCE) entend bien vous préparer un avenir criblé de dettes publiques. Hors de question pour celle-ci qui crée de toutes pièces de la monnaie pour la prêter aux banques privées, d'effacer la pan de dette des États membres de la zone euro qu'elle détient. « L'annulation de la dette est inenvisageable », car contraire aux traités, a déclaré Christine Lagarde, directrice de la BCE, dans le Journal du dimanche.

La gardienne de l'institution monétaire répondait ainsi à une tribune publiée dans plusieurs pays – en France dans le Monde – par 150 économistes. Ces derniers appellent à un tel abandon de créance, afin de permettre aux États de réinvestir. Malgré la crise, la zone euro a une chance, celle « d'avoir un créancier qui ne craint pas de perdre de l'argent: la BCE», qui détient « 25 % de la dette publique européenne », écrivent les scientifiques. En effet, pour faire face à la crise financière, depuis 2012 la BCE rachète de la dette des États sur le marché secondaire pour en faire baisser les taux, et pour éviter que des pays, tel l'Italie, ne fassent faillite. Les tenants de l'austérité veulent refermer cette porte. Ils craignent que cette capacité d'utiliser la création de monnaie par la BCE ne serve à autre chose qu'à régler un problème temporaire sur les marchés. En effet, elle pourrait être utilisée pour – soyons fous ! – investir dans les services publics, la transition écologique, sans respecter les critères néolibéraux de rentabilité qui sont au cœur de la construction européenne. Alors, les libéraux lancent des contre-feux, arguent que les taux sont bas, donc le service de la dette peu coûteux, et qu'une annulation n'est donc pas une nécessité. Pis, que cela pourrait attirer l'attention des marchés. Et si on apprenait à faire sans ?

Gaël DE SANTIS (Journal L’Humanité)

==================================================

EN COMPLÉMENT, cet article du journal OUEST-FRANCE qui analyse la situation au Japon et notamment la partie relative à la situation économique de ce pays (PIB + 3.9 % et dette 240 % du PIB)... et en réponse à la dinde emperlousée de la BCE.

----

POINT DE VUE. Pourquoi le Japon échappe (presque) au Covid-19

Les Japonais, dont la vie est soumise à de lourdes contraintes sociales, sont hostiles à tout contrôle supplémentaire par l'État. Dans la gestion de la pandémie, ce sont le sens civique et la pression sociale qui sont en première ligne. Le point de vue de Jean-Marie Bouissou, historien spécialiste du Japon.

Le Japon a une population presque double de celle de la France, mais 8 fois moins de cas de Covid-19,13 fois moins de décès (pas encore 6 000) et seulement 27 morts par million d'habitants contre 870 chez nous. La mortalité n'y a même pas augmenté en 2020, alors qu'elle a bondi de 9 % en France. Il compte pourtant 28 % de plus de 65 ans contre 18 % chez nous, alors que le virus décime en priorité les seniors.

Toute l'Asie résiste au virus

Comme le Japon, toute l'Asie défie la pandémie, L'Amérique du Nord compte six fois plus de décès du Covid-19 que dans la population mondiale, et l'Europe trois fois plus. Pour l'Asie, c'est trois fois moins, et pour le Japon, dix fois moins (0,15 % des décès pour 1,6 % de la population du monde) ! Même si la Chine sous-estime les chiffres pour raison politique et que le Japon est tenté de le faire pour sauver ses Jeux Olympiques, on ne saurait nier la performance collective de la région.

Pour l'expliquer, certains évoquent une hypothétique immunité génétique développée contre des virus proches du Covid-19 qui auraient frappé la région voici cinquante siècles. Plus concrètement, la vaccination BCG, toujours obligatoire dans toute l'Asie, contrarie le virus, et les comorbidités du type obésité et diabète y sont réduites par une meilleure hygiène (ou un moindre niveau) de vie. En outre, pour la masse de la population, les mobilités sont moindres que chez nous.

Le Japon refuse les contraintes

Les Japonais, dont la vie est soumise à de lourdes contraintes sociales, sont hostiles à tout contrôle supplémentaire par l'État. En Corée du Sud, la victoire sur le virus doit tout aux applications anti-Covid sur smartphones dont les informations sont transmises aux autorités pour organiser le tracking des personnes infectées Au Japon, où l'application dédiée n'a été téléchargée que par 20 % de la population et les autorités n'ont pas automatiquement accès aux informations, à peine 10 000 cas (sur 380 000 !) leur ont été volontairement signalés pour permettre le tracking.

Même chose pour ce qui tient lieu de confinement. Le Japon a été mis deux fois en « état d'urgence nationale » (7 avril-25 mai 2020 et depuis le 7 janvier), mais même alors, il n'y a que des « recommandations » (yôsei) par les gouverneurs et les maires, que le gouvernement n'a pas le droit de les obliger à suivre, et qu'ils n'ont eux-mêmes pas le droit d'imposer. Bars, restaurants et commerces n'ont pas été fermés : ils ont fermé, ou simplement réduit leur service. En guise de couvre-feu, il leur a été simplement demandé de bien vouloir cesser le service (ou seulement la vente d'alcool) à 20 h 30. Si les déplacements individuels ont beaucoup diminué, c'est sans contrôles ni amendes. Le sens civique et la pression sociale en ont tenu lieu.

L'économie et la nation tiennent bon

Alors que le PIB de la France a reculé de 8,3 % en 2020, celui du Japon a augmenté de 3,9 %. Le chômage (3 %) est trois fois moindre que chez nous. Le gouvernement a multiplié les gestes envers les ménages (octroi de 100 000 yens par personne à chaque foyer, distribution de tickets de réduction pour soutenir le tourisme intérieur). Et peu importe que la dette publique dépasse 240 % du PIB (France 112 %) : on sait depuis longtemps qu'elle ne sera jamais remboursée.

Enfin: le Japon échappe au psychodrame. Les médias ne déroulent pas le tapis rouge aux experts autoproclamés dont les querelles entretiennent le stress. Le Premier ministre (72 ans) se garde bien d'y paraître. Le Parlement ronronne faute d'opposition crédible. Et le but national est désormais d'organiser « les JO de la victoire sur le Covid ».

Jean-Marie BOUISSOU, historien spécialiste du Japon

Ouest-France du 08/02/2021

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article