Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Torreben

Le mistigri de la dette

Il est intéressant de constater que le débat économique actuel porte sur deux sujets semblant étrangers l'un à l'autre : la dette publique et privée, d'une part, les revenus sociaux et/ou salariaux, d'autre part.

À la réflexion, il est vrai que bien des interférences sont perceptibles. Ne nous explique-t-on pas que l'austérité salariale s'impose, que la baisse des retraites est une obligation, car, à la suite de l'épidémie du Covid-19, la dette publique atteint désormais 120 % du PIB, tandis que celle des entreprises dépasse les 2000 milliards d'euros ? Une part bien plus grande de nos ressources devrait concourir à combler ces « trous », particulièrement celui d'une Sécurité sociale éreintée.

Le risque est d'autant plus grand que nous ne sommes qu'au début des « répliques » telluriques de cette crise. Il faut s'attendre prochainement à une multiplication des faillites d'entreprises, à des cortèges de charrettes de licenciements. Il est vrai que l'économie mondiale a été sacrement secouée. Selon le Fonds monétaire international, la production a baissé de 3,4 % aux États-Unis en 2020, de 7,2 % dans la zone euro, de 5,4 % en Allemagne, de 9 % en France, de 2,4 % dans les pays émergents et en développement. L'Organisation internationale du travail considère que « dans un avenir proche, les conséquences de la crise du Covid-19 sur l'économie et sur l'emploi devraient entraîner une énorme pression à la baisse sur les salaires ».

En vérité, l'austérité pratiquée à rencontre des revenus populaires, la baisse sensible du coût du travail annoncée sont moins dues aux exigences du désendettement qu'à celles de la rentabilité du capital, au besoin qu'a ce dernier de relever ses profits. On peut d'ailleurs constater que les grandes entreprises s'endettent elles aussi comme jamais, moins pour relancer leurs activités que pour s'adonner à la spéculation. C'est ainsi que la capitalisation boursière mondiale, c'est-à-dire la valeur de l'ensemble des titres cotés sur les marchés boursiers de la planète, est passée de janvier 2020 à janvier 2021 de 86,99 à 110,59 milliers de milliards de dollars, augmentant de 27 % alors que la croissance économique mondiale a baissé de 3,5 %, L'épouvantail de la dette sert à faire peur.

Pour démasquer l'opération, il paraît nécessaire de montrer que la dangerosité de l'endettement tient moins à son montant qu'au fait qu'il est contracté auprès de marchés financiers prédateurs et que l'on pourrait trouver des ressources bien moins dangereuses auprès de la BCE et des banques commerciales, à condition d'infléchir leurs critères de financement.

LA CHRONIQUE ÉCONOMIQUE

DE PIERRE IVORRA

(Journal L’Humanité)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article