Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

ÉTATS-UNIS-IRAN : Trump joue avec le feu tous azimuts

L'administration Trump décrète unilatéralement des sanctions contre Téhéran, qui proteste en menaçant de quitter l'accord sur le nucléaire.

C'est cette fois sur le front moyen-oriental que se sont fait sentir les conséquences, potentiellement désastreuses pour la paix mondiale, de la mise en œuvre de la stratégie nationaliste de Donald Trump. Après les menaces d'intervention militaire brandies contre la Corée du Nord et le Venezuela, les relations Iran-États-Unis connaissent, à leur tour, un net regain de tension. Face aux mesures coercitives unilatérales déployées par l'administration Trump, Téhéran a annoncé en effet hier, par la voix de son président, Hassan Rohani, qu'il pourrait quitter l'accord international sur le nucléaire.

L'Iran s'engageait à limiter l'usage de l'atome à des finalités civiles. Moyennant quoi, le blocus économique contre lui devait être progressivement levé.

Or il n'en est plus rien, a souligné le président réformateur devant le Parlement iranien, dénonçant le retour de Washington à une politique coercitive « dans un délai très court» qui se compte, a-t-il précisé, non pas en semaines ou en mois, mais « en jours et en heures ».

Le Congrès a voté des mesures coercitives.

Promettant de «rendre sa grandeur à l'Amérique», Donald Trump n'avait pas trouvé de mots assez durs, pendant la campagne présidentielle, contre l'accord avec l'Iran, qu'il présentait comme « une horreur », accusant son prédécesseur, Barack Obama, d'en avoir été l'un des principaux instigateurs. Le président nationaliste n'a pas voulu déchirer l'accord international comme il l'a fait sur la question du climat. Mais son administration vient de réinstaurer mi-juillet des sanctions juridiques et financières contre l'Iran. Et le Congrès a même voté à la fin du mois dernier de nouvelles mesures coercitives, accusant Téhéran de continuer à développer un programme balistique et de soutenir au Moyen-Orient des groupes comme le Hezbollah libanais, qualifiés de terroristes.

Le choix géostratégique du regain de tension

Si l'on veut bien y regarder de près, ce regain de tension avec Téhéran est en parfaite cohérence avec la géostratégie de l'administration Trump. On se souvient du rapprochement spectaculaire de Washington avec les monarchies du Golfe, le président des Etats-Unis se rendant sur place, au printemps dernier, pour leur apporter une onction toute personnelle.

Un choix qui lui fait souffler sur les braises d'une guerre de religion entre les régimes féodaux sunnites et celui des ayatollahs chiites ; une ligne qui contribue déjà à ravager la région alors même que les uns et les autres sont en mal de s'assurer une hégémonie sur des territoires qui regorgent de ressources pétrolières. Qu'importe, Docteur Folamour veut jouer avec le feu tous azimuts.

Bruno ODENT (Journal l’Humanité)

ÉTATS-UNIS-IRAN : Trump joue avec le feu tous azimuts

Commenter cet article