Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Le bruit et le silence

Le président de la République en a appelé, en Conseil des ministres, à la solidarité et à la responsabilité autour du cas de Richard Ferrand. Voilà donc Emmanuel Macron, un brin grisé peut-être par l'air euphorisant des sommets internationaux, contraint de redescendre, disons au ras des pâquerettes, pour ne pas être plus trivial. La veille, le premier ministre, bien que prenant note de « l'exaspération » des Français, n'en démordait pas, tout en annonçant le report d'une semaine de la loi sur la moralisation de la vie politique. Ce qui devait être l'acte fondateur d'une République exemplaire risque bien d'apparaître comme son péché originel en mettant en contradiction les grands principes affichés et les faits. À propos sinon de moralisation, on aimerait savoir aussi ce que pense Emmanuel Macron de la retraite à 2,8 millions d'euros du PDG de Publicis, Maurice Lévy. En voilà un qui ne sera pas trop gêné par la hausse de la CSG.

Mais il y a bien plus, en ces jours, qui ne relève pas du péché mais du projet. Pendant que les rédactions et les dîners en ville bruissent des rumeurs des affaires, le massacre social continue. GM&S, Tati, Vivarte, la Seita, Whirlpool, des milliers d'emplois sont en jeu.

Des vies et des familles sont brisées dans le silence et les quelques annonces qui ont pu être faites comme pour GM&S n'ont d'autre portée que l'échéance des élections législatives. On se souvient peut-être des paroles d'Emmanuel Macron chez Whirlpool, que l'on n'avait pas trop remarquées en raison du tapage. Mais qu'a-t-il dit ? On ne peut empêcher une entreprise de délocaliser. C'est une gestion privée. Oui, comme pour le salaire du PDG de Publicis.

Selon un récent sondage, la République en marche pourrait avoir de 320 à 350 députés, décidés à soutenir la politique libérale d'Emmanuel Macron en prenant pour les lanternes du progrès les vieilles lunes recyclées du capital bénies par le Medef et la droite. C'est une mystification et il n'y a que les candidats d'une gauche résolue qui peuvent la démonter.

Maurice Ulrich (L’Huma du 1er juin 2017)

Le bruit et le silence
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article