Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Le point sur la situation du Malamok au Guilvinec

            Suite à la mobilisation des citoyens et la connaissance des résultats de l'audit par la société TMO, aucune véritable décision n'est encore actée par les principaux financeurs et le désarroi des personnels est toujours d'actualité.

            Le centre culturel n'a plus de trésorerie aujourd'hui d'où l'inquiétude persistante, d'autant plus que les projets des mairies restent flous.

            Ce qui ressort de l'audit fait apparaître des dysfonctionnements qui auraient dû attirer l'attention des différents partenaires, notamment l'absence de comptabilité analytique obligatoire pour les associations qui assurent des multi-activités et qui sont financées par plusieurs acteurs comme c'est le cas ici (municipalités, CAF, CG, adhérents). En effet comment avoir une estimation précise des coûts secteur par secteur, ville par ville, emploi par emploi entre autres sans avoir les outils pour les calculer ?

            C'est à croire que certaines compétences qui relèvent essentiellement des professionnels chargés d'établir et d'adouber un bilan comptable ne sont pas à la hauteur des exigences de gestion d'une structure telle que celle d'un centre socio-culturel et que cette situation sert de prétexte pour une fermeture !

            Il semble que lors des réunions des CA les problèmes financiers n'aient jamais réellement fait l'objet de discussion sur les chiffres donnés, et « curieusement » validés, ni sur les difficultés financières même après les réductions de subventions... et ne parlons même pas de certains élus qui n'assistent plus à ces réunions depuis mai 2016.

            Il est également à noter que dans la réalisation de l'audit les charges de travail des personnels en fonction des activités et de la population accueillie, leur temps passé à préparer et réaliser ces actions, le détail des emplois en temps plein, temps partiels et autres contrats, l'aspect qualitatif et quantitatif aient été négligés alors que la masse salariale est primordiale dans la gestion. Cette prise en compte est essentielle dans le budget de fonctionnement car il détermine le nombre de postes pour faire fonctionner le Malamok tant dans le domaine social que culturel.

            Des initiatives citoyennes sont en cours pour montrer l'attachement des habitants à cette structure. Un autre plan de relance est en cours d'élaboration avec des mesures d'économie pour redresser les finances qui aura des conséquences en terme d'emplois et de diversité des activités. Le premier avait été accepté par Treffiagat et rejeté par Guilvinec et Plomeur.

            Quelles sont les arrière-pensées de Plomeur et Guilvinec ?

            En tout état de cause, si nous voulons que nos villes qui se dépeuplent retrouvent un peu de dynamisme et d’attractivité ce n'est pas en supprimant ce qui crée de la vie, une éducation populaire pour tous avec des programmes variés, et du lien social que nous allons y arriver !

            Il faut que ce magnifique outil continue à être au service de la collectivité, défendons-le !

J. Braire et T. Le Faou

Commenter cet article