Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Face à Sarkozy, dont la répulsion nourrit le vote Hollande d'avril 2012, la France de l'entre-deux-tours découvrit épatée le mot « anaphore ». Au fil des mois et des années, la formule est devenue amère. « Moi président »... Que reste t-il du quinquennat ? Du début, un voyage à Berlin, chemin de Damas à l'envers ? Soit une conversion au libéralisme le plus implacable au lieu de l'entame du combat contre « mon adversaire, la finance ». Au milieu, le retour de la guerre comme horizon politique ? De la fin, une loi détruisant les droits des salariés ? Sans oublier un découpage aberrant du territoire national entériné par une élection régionale convoquée en plein mois de décembre. Chapeau l'artiste. Avec une abstention populaire de gauche décuplée, Le Pen a fait une entrée fracassante dans les hémicycles. Il ne saurait être question que cette extrême droite aille plus loin.

Résistant à l'envie pressante d'appeler à voter pour le candidat qui a ses faveurs, le locataire de l'Élysée en fin de bail unique a refait ce dimanche soir au petit écran le coup de l'anaphore. « On ne peut pas »... Pathétique. Qu'il n'ait ni pu ni – surtout – voulu tenir tête aux puissants de ce monde, du CAC 40, des pétromonarchies archaïques de la péninsule Arabique, des marchés financiers, du Medef, on en passe et sans doute des pires, restera son problème et celui des millions d'habitants de ce pays qui pâtissent des choix opérés. Mais si, on peut être de gauche et vouloir la justice sociale. Oui, on peut être de gauche et appeler à changer de logique en Europe. Oui, on peut être de gauche et promouvoir une logique de paix. Oui, on peut être de gauche et promouvoir des rapports de respect mutuel et de coopération entre les peuples. Ce serait peut-être même cela être de gauche. C'est ce qui rapproche des millions de gens du bulletin de vote Jean-Luc Mélenchon dimanche.

Voilà qui déboussole voire inquiète au plus haut point ceux à qui ne suffisait plus le bipartisme, au point d'assurer la promotion à outrance de Le Pen et que prospère leur chantage au vote « utile ». Au risque du pire. « Plutôt Hitler que le Front populaire », disaient leurs ancêtres en 1936. « Pain, paix et liberté », disaient les nôtres.

Editorial de Michel Guilloux (L’Humanité du 18 avril 2017)

Mais si, on peut
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article