Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Les dangers du programme Macron

Promu comme une marque, produit du marasme démocratique, le candidat d'En marche ! caracole en tête des sondages et séduit un électorat de gauche déboussolé, qui ne voit pas clair dans son programme. Celui-ci aurait pourtant des conséquences désastreuses.

Les jeux seraient faits. Tous les sondages prédisent désormais non seulement la qualification d’Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle mais aussi une nette victoire contre Marine Le Pen, qui installerait l’ancien associé de la banque Rothschild à l’Élysée pour cinq ans.

Alors que son mouvement En marche ! vient de souffler hier sa première bougie, l’ancien ministre de l’Économie serait devenu « le vote utile » contre le Front national, au point d’aveugler une partie des électeurs de gauche, partagés entre un vote de conviction en faveur du programme de Jean-Luc Mélenchon et le bulletin du « moindre mal » dès le premier tour. Or ce sont eux qui peuvent encore inverser la vapeur. Eux à qui il faut démontrer les conséquences désastreuses de cette version néolibérale relookée que propose le fils spirituel de François Hollande : une France première de la classe de l’Europe austéritaire, eldorado du grand patronat et de la finance, où l’ubérisation de l’économie achèverait les solidarités et les droits des salariés.

Plonger dans le programme d'Emmanuel Macron s'avère un exercice fastidieux. Thèmes fourre-tout, formules creuses... il faut bien s'accrocher pour ne pas se noyer dans le marigot de la novlangue. « La France est une chance, et chacun doit pouvoir y tenir ses promesses. » « La politique est au service de nos concitoyens, et l'économie fait partie de la vie de nos concitoyens » : autant de portes ouvertes enfoncées pour mieux faire miroiter l'eldorado d'une « société dynamique », confiante dans l'avenir du capitalisme. Mais « quand c'est flou, il y a un loup » : les angles morts de son programme en disent finalement plus long sur la colonne vertébrale idéologique de son projet que la liste de ses propositions évasives. Pas un mot sur les ravages de la financiarisation de l'économie. Nulle solution en matière de régulation financière ou de lutte contre l'évasion fiscale. Aucune ambition en matière de transition écologique ou de relance industrielle.

« Emmanuel Macron est le porte-parole rêvé de cette technocratie étroitement liée aux milieux financiers qui rêve de voir appliquer ses idées rétrogrades sous des apparences civilisées », affirment Dany Lang et Henri Sterdyniak, qui ont passé au crible le projet du candidat d'En marche ! Les deux économistes atterrés ont réussi à faire sortir l'équipe d'En marche ! du bois. Leur analyse a en effet suscité une réaction de Marc Ferracci et Philippe Martin, deux des conseillers économiques d'Emmanuel Macron. Et leur réponse permet de lever nombre d'ambiguïtés soigneusement entretenues par l'ancien locataire de Bercy. « La vision sous-jacente des auteurs est claire, relèvent les économistes atterrés, s'il y a du chômage, ce n'est pas à cause des trente années de politiques néolibérales qui ont mené à une insuffisance de la demande au niveau global et qui ont flexibilisé toujours plus le marché du travail. Ce n'est pas à cause des politiques d'austérité qui, depuis 2009, ont aggravé le problème, menant l'Europe au bord de la stagnation... Non, à les suivre, le chômage de masse subi en France serait dû aux insiders, les travailleurs ayant l'exorbitant privilège d'avoir un emploi en contrat à durée indéterminée... »

Le socle idéologique du programme d'Emmanuel Macron est en effet le même que François Fillon : l'obsession du « coût » du travail, à l'origine selon eux de tous les maux, pour mieux épargner le capital. Tout le reste en découle : austérité, règne du chacun-pour-soi, précarisation des travailleurs, chômage de masse. En proposant l'ubérisation de la société, le programme d'Emmanuel Macron dessine une nouvelle phase du libéralisme, qui s'appuie sur les classes montantes d'entrepreneurs et dans laquelle se retrouvent autant les héritiers de la démocratie chrétienne de François Bayrou que les néolibéraux acharnés comme Alain Madelin. Mais le projet du candidat d'En marche !, c'est finalement Henri de Castries, soutien inconditionnel de François Fillon, qui en parle le mieux. « Notre désaccord (avec Emmanuel Macron – NDLR) concerne le rythme et la méthode », concède l'ancien PDG d'Axa. Pas la philosophie générale, donc.

Maud Vergnol (L’Humanité du 7 avril 2017)

Les dangers du programme Macron

Commenter cet article