Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

1er Mai : barrage social à Marine Le Pen

DES MOBILISATIONS ANTI-FN DANS TOUTE LA FRANCE

Des défilés sont prévus dans des centaines de villes de France, lundi 1er mai, à l'appel des syndicats, parfois en ordre dispersé, mais tous ont en commun d'appeler à barrer la route à la candidate de l'extrême droite au second tour de l'élection présidentielle.

À Paris, un cortège rassemblera, entre autres, la CGT, FO, FSU, Solidaires, sous le mot d'ordre : « Pour nos exigences sociales, contre l'extrême droite. » Et s'élancera à 14 h 30 de la place de la République jusqu'à celle de la Nation.

L'union locale CGT de Pont-l'Abbé, les sections de retraités CGT du Pays Bigouden invitent leurs adhérents et sympathisants à participer à la mobilisation interprofessionnelle du 1er mai 2017. Rassemblement puis défilé place de la République à 11 heures.

La fibre sociale toute synthétique du Front national

Elle déteste les syndicats mais a besoin des voix des travailleurs et flatte le patronat : Marine Le Pen en est du coup réduite au grand écart.

Chez Whirlpool, elle n'a pas voulu rencontrer les élus du personnel. Marine Le Pen a une vision très étriquée du monde du travail, plus encline aux selfies avec des sympathisants qu'à s'en prendre aux licencieurs. À Amiens, elle a promis que Whirlpool « ne fermera pas » : promesse facile, quand plusieurs repreneurs seraient sur les rangs.

Dans son programme, la proposition numéro 10 vise à casser le « monopole syndical » du premier tour des élections professionnelles, façon d'émietter la représentation. Sa défiance va jusqu'à réclamer le «contrôle du financement des syndicats», «comme si nous n'avions pas de contrôles Urssaf, celui d'experts-comptables et de commissaires aux comptes... », dénonce la CGT. Le plus comique est de vouloir pour les syndicats un contrôle qu'elle refuse aux partis, le sien en premier.

Marine Le Pen inscrit ses pas dans ceux du Medef, sa proposition 45 consistant à fusionner dans les PME de moins de 300 salariés délégués du personnel et comité d'entreprise. Lors des discussions sur la loi El Khomri, Louis Aliot estime dans le Journal du Centre, que « la grève est un système archaïque». Derrière l'opposition de façade du FN, plusieurs amendements ont été déposés par ses sénateurs FN pour la suppression du compte pénibilité par exemple. Les solutions sont rarement dans les fiches du parti. Il promet de revenir à la retraite à 60 ans, mais veut dans le même temps abaisser encore les cotisations sociales. Comment finance-t-on cette mesure sans cotisations ? Il veut augmenter les bas salaires... par le même système retenu pour les exonérations Fillon puis le Cice.

En octobre 2010, les élus frontistes du conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur refusent de voter une motion de solidarité avec les salariés de Fralib, adoptée par tous les autres groupes politiques. La même année, Bruno Gollnisch, conseiller régional en Rhône-Alpes, juge en plein mouvement contre la réforme des retraites que «le sabotage de l'économie française caractérise l'action des dirigeants de la CGT», laquelle «doit être rendue pénalement responsable». Plus récemment en Guyane, le FN dit soutenir le mouvement mais dénonce le blocage, sans expliquer par quelles voies alors les Guyanais se feraient entendre. « À Hayange, le maire s'acharne contre un de nos jeunes militants, Jérémy Zorzer, un représentant du personnel, explique Pascal Debay, responsable confédéral CGT à la lutte contre l'extrême droite. Le FN a mis en place un système de terreur, des agents ne veulent plus venir aux réunions par peur des remontrances, du flicage de leurs pages sur les réseaux sociaux. Mais le FN n'arrive pas à nous empêcher de gagner des adhérents, parce qu'ils voient que la CGT se bat.»

« La base des syndicats va voter très, très majoritairement FN », a pu assurer à la télévision, sans contradiction, le numéro deux du parti, Florian Philippot. Ce n'est pas ce qu'indiquent les sondages depuis dimanche. Selon l'enquête Ifop pour l'Humanité, près d'un actif sur trois proche d'un syndicat a voté pour Jean-Luc Mélenchon, suivi d'Emmanuel Macron, tandis que le score de Marine Le Pen est plus bas de neuf points que chez les autres actifs. Être syndiqué diminuerait plutôt la tentation frontiste.

1er Mai : barrage social à Marine Le Pen
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article