Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Après avoir observé le rassemblement place de la République pour Jean-Luc Mélenchon et le meeting à Bercy pour Benoît Hamon s’impose la preuve que la gauche dans son ensemble est encore capable de démonstration de force. Ce sentiment domine également à l’écoute du premier débat de la présidentielle où les deux prétendants de la gauche ont tenu des discours largement convergents bien que soient désormais actés des désaccords, qui, au delà de la simple arithmétique électorale, portent la marque de l’échec. Il est bien évident que la gauche dans les circonstances actuelles de désunion sera absente du second tour, quels que soient les mérites réciproques des deux candidats. L’amertume, la colère ou l’abattement ne peuvent naître que de la simple addition des intentions de vote à gauche au premier tour : ni Hamon ni Mélenchon ne peuvent prétendre atteindre seuls les 25 ou 26 % qui les qualifieraient pour le second tour.

Sauf miracle le rassemblement ne se fera pas : la voie est libre pour les tenants du libéralisme débridé, la droite et l’extrême-droite.

Notre crainte aujourd’hui, est que cette désunion mortifère se reproduise pour les élections législatives.

Les déclarations de Jean-Luc Mélenchon portent en germe cette catastrophe annoncée : « Je ne crois pas que les électorats s'additionnent. a t’il déclaré. Je fais le pari d'une autre méthode. Je veux construire un large vote d'adhésion. [...] Je construirai une majorité à partir d'une adhésion de masse. »

Cette certitude irrationnelle exclut par avance la possibilité d’une élaboration en commun d’une alternative de progrès avec l’ensemble des forces de gauche. La logique de Mélenchon et de son mouvement des Insoumis, c’est le ralliement pur et simple et non un rassemblement constructeur seul susceptible de nous préserver du pire.

Cette logique a été mise en ordre depuis longtemps en coupant court avec les autres forces politiques (les « popotes » comme ils disent), méprisées, maltraitées, rejetées par avance. La France Insoumise (http://www.editoweb.eu/nicolas_maury/m/La-France-insoumise-interdit-toutes-les-rencontres-locales-avec-le-PCF-et-Ensemble_a11527.html) interdit ainsi toutes les rencontres locales avec le Parti Communiste et Ensemble en précisant : « Nous souhaitons faire des élections présidentielles et législatives une seule et même campagne nationale avec des candidats portant partout le même programme et autour d'une même identification. » L’outil de la désunion et de l’exclusion a été forgé : c’est la Charte des candidats de la France Insoumise que nous publions ci-après. Ils entendent ainsi présenter des candidats dans toutes les circonscriptions, y compris celles où des députés du Front de Gauche sont sortants. Cette confrontation annoncée à Gauche ne peut aboutir là-aussi qu’à l’échec et laisser le champ libre à la droite et son extrême.

Dans la 7ème circonscription l’assemblée des Citoyens Debout a ainsi reçu la visite d’une missi dominici de France Insoumise qui expliquait en substance que « cela ne sert à rien de préparer un programme et de discuter entre vous, nous en avons un, il vous suffit de vous joindre à nous ! » Quelle suffisance et quel mépris !

Lors de la rencontre PCF-France Insoumise fin février, FI souhaitait mettre en place un « code de bonne conduite » en prétendant nous interdire le logo Front de Gauche dont elle ne fait pas partie ainsi que l’utilisation de l’image de Mélenchon que le PCF soutient pour l’élection présidentielle !

Nous pensons que le Front de Gauche garde en lui la visibilité nécessaire à l’expression d’une politique de progrès social et qu’il conserve par là même une profonde assise populaire. A cet égard, dans la 7ème circonscription, il y aura certainement un binôme « Front de Gauche ».

Pour notre part, nous allons nous attacher à donner à cette candidature, la plus grande lisibilité politique possible en nous appuyant sur le programme élaboré par Citoyens debout » et les 7 propositions « Pour changer la vie au quotidien » de La France en commun élaborées par notre Parti.

A. Le Roux (co-secrétaire de la section bigoudène du PCF)

Législatives (7ème circonscription) : que faire ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article