Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Communiqué de la Fédération du Finistère du PCF

Quand les blés sont sous la grêle

Fou qui fait le délicat

Fou qui songe à ses querelles

Au cœur du commun combat

Ces vers fameux d'Aragon, tirés du poème « La Rose et le réséda » daté de 1943 célébrant l'unité de la Résistance nationale, résonnent aujourd'hui avec beaucoup de force dans une période caractérisée par une montée des périls multiforme.

La macronisation ou vallsisation d'une partie de la gauche signifie une politique mise au service du patronat, dure aux pauvres et aux services publics. Le programme ultralibéral de François Fillon, le candidat des prétendus « Républicains », menace de détruire des conquêtes sociales fondamentales et notamment ce qu'il reste de la mise en application du programme du Conseil National de la Résistance au profit d'une vision strictement marchande et individualiste de la société. Enfin la dangereuse progression des idées xénophobes et de l'extrême-droite est très inquiétante.

Face à ces dangers sans précédent, nous sommes convaincus que la déroute de la gauche aux élections présidentielles et législatives 2017 n'est pas inscrite dans le marbre, à condition de montrer qu'une autre politique de gauche est possible. Nous croyons qu'il est nécessaire de transformer profondément notre République pour la démocratiser, qu'il faut en finir avec la monarchie présidentielle, l'austérité, les politiques libérales et capitalistes qui mènent notre société dans le mur.

C'est pourquoi les communistes ont fait le choix majoritaire de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon tout en faisant une campagne autonome sur notre projet « La France en commun » et à partir du bilan de nos parlementaires qui à l'Assemblée et au Sénat ont constitué par leur action combative le pivot de l'opposition de gauche à la politique de Hollande et Valls.

C'est l'intérêt de notre peuple, notre intérêt à tous, et particulièrement aux dominés, aux victimes du libéralisme et du capitalisme, qui nous a guidés pour choisir l'option la plus capable de qualifier un candidat authentiquement de gauche pour le second tour de la Présidentielle, un candidat capable de tourner le dos à des années de politiques libérales pour remettre en route le progrès social, écologique, démocratique.

La candidature de Jean-Luc Mélenchon est aujourd'hui installée dans le paysage politique, c'est la meilleure carte dans les mains des Français.es qui veulent d'une politique de gauche.

Mais, quel que soit le scénario du premier et du second tour des Présidentielles, nous ne pourrons constituer une majorité de gauche dans ce pays qu'en nous rassemblant aux Législatives et en particulier en unissant toutes les forces de gauche qui ont combattu la loi travail, la loi Macron, l'austérité, la déchéance de nationalité, la politique de Hollande et Valls.

Or, dans le Finistère, les appels du Parti Communiste à l'unité à la gauche du PS, les rencontres avec le Parti de Gauche, des groupes France Insoumise, EELV, l'UDB, le NPA, n'ont pas débouché, du côté de nos interlocuteurs, sur des désirs de construction commune aux législatives, malgré nos offres de rassemblement. Nous le regrettons mais nous ne nous y résignons pas.

Nous qui avons renoncé à présenter un candidat aux Présidentielles pour ne pas ajouter de l'émiettement à gauche ne pouvons qu'inviter nos partenaires avec qui nous partageons beaucoup d'objectifs et de combats communs à réfléchir à deux fois avant de préparer un naufrage aux élections législatives.

Les enjeux d'unité sont trop importants ! La division des forces de gauche conduirait à un suicide collectif !

En particulier, il serait incompréhensible pour les électeurs que France Insoumise, créé par Jean-Luc Mélenchon pour soutenir sa candidature présidentielle quand il est sorti du Front de Gauche, présente dans toutes les circonscriptions des candidats sans se soucier de trouver des terrains d'entente et des solutions de rassemblement avec les ex-partenaires du Front de Gauche, dont le Parti Communiste, parti qui à gauche compte aujourd'hui le plus d'adhérents en France.

Face à la montée des périls, pour vaincre l'abstention, la résignation, l'indifférence ou le dégoût de la politique, il nous faut privilégier les objectifs d'intérêt général essentiels plutôt que les sectarismes, les ambitions d'affirmation partisane et mettre au premier plan l'unité pour L'Humain d'abord.

Nous ne ferons pas partie de l'orchestre du Titanic qui continue à jouer sa partition comme d'habitude quand le paquebot commence à couler...!

A Brest, le 10 janvier 2016

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article