Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Ça devait le démanger depuis pas mal de temps, le vieux kroumir catho-réac François-Régis Hutin, PDG du journal Ouest-France – journal qu’il mène « de manière autoritaire et exclusive » depuis 1984. Dans son éditorial du 7 janvier 2017, l’ancien séminariste, le promoteur de « valeurs chrétiennes », professeur de « morale » à ses heures, prend place sans équivoque dans la procession de Fillon.

Pour cela, en bon jésuite, il rappelle les propos de son héros « Je suis à la tête d'un État presque en faillite. » abordant le sujet sous l’angle de la dette et vantant le programme électoral « de ce candidat à la présidentielle bien inspiré par la volonté de réduire cette dette et ses méfaits autant et aussi vite que possible. Ce n'est pas par méchanceté [sic] que le programme de M. Fillon revêt ce caractère exigeant [sic] que certains lui reprochent. Ce n'est pas pour faire plaisir à Bruxelles. Ce n'est pas pour punir les Français de leur insouciance [sic]. C'est par nécessité. »

Nous pouvons peut-être convenir de la « nécessité » de réduire la dette de la France, le problème est de savoir qui va payer et comment.

La droite a deux réponses : « nous » ou « nos enfants », édulcorant les vraies responsabilités (cest qui « nous » ?), et cela en réduisant « nos dépenses publiques qui dévorent 56 % du Produit intérieur brut ». Fermez le ban.

Voilà donc un gentil candidat (il nest pas « méchant »), chrétien donc charitable (il pardonne aux « insouciants »), qui incarne le combat de la droite la plus réactionnaire pour un programme radical de casse sociale et de zèle appliqué au service des intérêts privés !

Il vaut mieux savoir que dans notre pays, l’équivalent du déficit public 80 à 90 milliards deuros échappe à limpôt, ce qui bat en brèche la propagande des tenants de la compression de la dépense publique dont on nous abreuve depuis des années. La contestation contre les « fraudeurs, optimisateurs, blanchisseurs, évadés ou exilés qui nous volent » les vrais responsables , grandit dans le pays, (lire Sans domicile fisc, livre-choc des Frères Bocquet) et devra saccentuer pendant cette année électorale.

 La droite ne désarme jamais.  Aujourdhui, à longueur d’éditoriaux, de discours, de programmes relayés pas les médias asservis, elle entretient le mensonge : la Sécu ? un luxe, le RSA ? un privilège, le Smic ? un archaïsme, le droit social ? une survivance dune autre époque, le travail ? un « coût » insupportable, et les pauvres... fraudeurs et tricheurs potentiels.

En cette année électorale lourde de menaces, le programme naturel des candidats de la gauche authentique se devra de prendre le contrepied de ceux dictés par les puissances dargent. Cela correspond aux attentes et aux besoins de notre époque : nous avons du pain sur la planche.

ALRX

Commenter cet article