Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

UNE crise de jésuitisme aiguë semble avoir frappé le Conseil d'Etat au moment de trancher l'affaire des crèches de Noël installées dans les lieux publics. Les deux arrêts rendus sur ce sujet, le 9 novembre, par son assemblée du contentieux sont des petits chefs-d'œuvre de casuistique - la théologie des cas de conscience - qui ménagent pieusement la chèvre laïque et le chou religieux.

La plus haute juridiction administrative avait été saisie par des libres-penseurs du problème des crèches de Noël plantées dans des locaux publics par la mairie de Melun (Seine-et-Marne) et par le conseil départemental de Vendée. Après s'être longuement remué les méninges, le Conseil d'Etat est arrivé à cette magistrale et toute normande conclusion : p'têt' ben qu'oui, p'têt' ben qu'non, faut voir...

Les juges estiment ainsi que, si la présence d'une crèche avec bœuf, âne et petit Jésus dans un bâtiment public viole bien les principes de laïcité, elle peut, malgré tout, être autorisée quand « des circonstances particulières [lui donnent] un caractère culturel, artistique ou festif ». On peut faire confiance à l'imagination des élus calotins pour donner à leur crèche ce petit « caractère » qui leur permettra de passer entre les mailles du filet juridique...

Dans la foulée, le Conseil d'Etat a considéré que les mêmes crèches montées dans les rues ou les jardins publics pouvaient être admises, « eu égard au caractère festif des installations liées aux fêtes de fin d'année ». Il a toutefois pris le soin d'y ajouter une condition, dont les multiples interprétations possibles feront les délices des juristes : les crèches ne devront pas constituer « un acte de prosélytisme ou de revendication d'une opinion religieuse ». Mais où commence le prosélytisme ? Avec la présence du petit Jésus ? Avec les signes de croix faits par les passants ?

Dans un dernier accès de prudence toute théologale, le Conseil a soigneusement laissé de côté la question des crèches installées sur la voie publique par des personnes privées, comme les institutions religieuses (telle celle du parvis de Notre-Dame de Paris). Vu le prosélytisme ouvertement revendiqué de ce genre de crèche, un pieux silence s'imposait...

H.L.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

QUELAUDREN 25/12/2016 10:49

Je reparcourai les articles du blog, l'article sur les crèches me plait beaucoup mais qui l'a écrit, c'est qui HL? peut-on le publier dans sa page face book A+ Patrick

R.D. 02/01/2017 17:15

Reprise possible en publiant la source