Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

Robert BIlien est décédé le samedi 3 décembre 2016. Il avait été le Secrétaire Général de la Fédération des Marins CGT, il avait été également Secrétaire Général du Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest. Jean-Paul Hellequin, son successeur, lui rend hommage 

Je vous remercie d’être venu en ce lieu pour accompagner Robert et soutenir sa Famille, Roland, Yves, Michel, Louis, Marie-Lou, Stéphane, Laure, Christian, Gérard, et quelques autres ne pouvaient pas être présents, mais ils sont là par la pensée, tous ceux qui t’ont côtoyé te saluent et partagent la peine de ta Famille.

Robert BILIEN « BIL » pour ses Camarades du Syndicat est décédé trop tôt, nous sommes tristes, nous qui avons refait le monde des centaines de fois dans ton bureau de 10 mètres carrés à la Maison du Peuple place Édouard MAZE à Brest, cela se terminait souvent par des discussions mouvementés de force 10, et puis le lendemain, le militantisme reprenait ses droits, militer pour les autres afin d’améliorer leurs conditions de vie souvent difficiles !!

Robert avait occupé les plus hautes fonctions au Syndicat des Marins: lui qui n’était pas Marins, il aura passé une grande partie de sa vie à les défendre, et à les représenter :

Robert était Chevalier du Mérite Maritime, un Compagnon

Secrétaire Général du Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest de la fin des années 70 à 1995, puis il accepta sur mon souhait de présenter sa candidature à la Fédération Nationale des Marins CGT, il occupa le siège du Fédéral de 1995 à 2000, Robert n’avait pas terminé son dernier mandat pour des raisons personnelles, « BIL » m’avait sollicité pour que je me présente et puis je lui avais dit NON !! Il avait compris, Robert était très tolérant et essayait toujours de comprendre l’autre !!!

Robert avait développé, donné une autre dimension au Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest, parce que pour lui être permanent était tout sauf un métier, comme je l’ai expliqué hier à ses trois Filles, leur Père, n’exerçait pas un métier, il était un militant Syndical, un homme au service des autres, un homme sans ambitions personnelles, un homme au service des Marins, de tous les Marins, peu importe leur provenance, peu importe leur religion et leur origine, il fut le premier avec François ECHARDOUR à défendre des Marins Malgaches et de toutes nationalités dans le port de Brest dès les années 70.

« BIL » je l’ai rencontré pour la première fois en 1980, lorsque les Marins des « ABEILLES » ont quitté le Syndicat du port du Havre pour se Syndiquer à Brest. Très vite nous nous sommes entendus, il nous a aidé, guidé comme un Capitaine qui donnerait le bon cap à son navire et à son équipage, lui qui n’était pas Marins, mais qui aimait tant la mer, les bateaux et les Marins et les ports !

Robert avait participé à la réalisation de plusieurs rapports sur la sécurité maritime et sur le mieux être des gens de mer. Robert pouvait être silencieux durant des réunions importantes, il laissait toujours les responsabilités aux délégués il faisait confiance, il observait, conseillait et parfois recadrait.

Robert avait su faire confiance aux délégués CGT de plusieurs armements maritimes, les « ABEILLES » avec 100% de Syndiqués à la CGT, à la « BAI » où il a su imposé la CGT et formé des délégués à « France TELECOM MARINE » à « GENAVIR » et dans plus de dix armements, il avait fait de Brest le 1er Syndicat Maritime CGT du littoral Français.

Robert m’avait rapidement confié des responsabilités Syndicales, y compris au bureau de la Fédération, avec lui nous avions innové, afin de pouvoir répondre aux demandes des travailleurs du secteur maritime, Robert m’a appris un peu plus la solidarité Mutualiste, la solidarité entre travailleurs. Nous étions les premiers à mettre en place le prélèvement automatique des cotisations Syndicales, une vraie tempête chez les Marins.

Robert a quitté toutes ses responsabilités Syndicales en 2002, jamais nous n’avons rompu le fil de nos relations, le fil conducteur était resté intact, en 2010 il avait adhéré à l’association MOR GLAZ il m’avait dit « ce que vous faites est bien, j’adhère » venant de lui cela était plutôt un compliment !!!!!

Robert étaient connus de milliers de Marins, de leurs Familles, Robert était celui qui m’a donné « laissé » une certaine liberté Syndicale, tu es un électron libre incontrôlable savait-il me rappeler parfois et il rajoutait « tant que tu défends les Marins et obtiens pour eux je n’ai rien à te dire ».

Robert était exigeant avec les Délégués Syndicaux. Robert était en avance sur son temps, il savait que le monde changeait, pas toujours dans le sens souhaité mais il le savait, le navire social est à la dérive me disait-il il y a peu. Mais il avait compris aussi qu’il fallait rester libre.

Robert était très engagé politiquement, mais il savait faire la différence entre le Syndicat et la Politique, il ne m’a jamais proposé d’adhérer ailleurs qu’au Syndicat CGT. En 1981 lors de l’élection de François MITTERRAND je me souviens de l’entendre dire aux membres du bureau Syndical, les salariés devront toujours se défendre, « BIL » savait rencontrer les élus de toutes les couleurs politiques, il savait les responsabiliser, les mettre face à leurs promesses et aux responsabilités qu’ils avaient accepté en se faisant élire.

Il y a quelques mois, nous avions déjeuné, nous avions bien ri, et comme chaque fois nous étions les derniers à sortir de table. J’avais compris qu’il était fatigué, Robert qui lisait un livre par semaine, ne lisait plus.

Le Syndicat CGT Maritime vient de perdre un Camarade, un Militant, moi, personnellement je viens de perdre un Ami, un Compagnon de route, de lutte.

« BIL » je t’ai apprécié, j’ai apprécié ton savoir, ton pragmatisme, souvent, ton soutien et ton Amitié sans faille.

Vous, ses trois Filles et ses huit Petits Enfants, vous pouvez être fiers de votre Père et Grand Père, lorsque vous entendrez les mots, tolérance, liberté, défense des salariés, des droits de l’Homme, justice et partage pensez à votre Père et Grand Père, ces mots lui vont si bien !! « BIL » je vais une fois de plus te désobéir, je sais que nous nous retrouverons même si toi tu ne croyais pas à toutes ces choses.

Bon vent belle mer « BIL » avec ton vieux caban râpé sur le dos !!

 

Commenter cet article