Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Les terribles images en provenance d’Alep entraînent une émotion et une colère largement partagées. Mais pourquoi les mêmes images enregistrées à Aden ou à Mossoul ne provoquent pas la même épouvante ? Choix des lieux de massacres, choix des intérêts de chacun.

A Paris, on éteint la Tour Eiffel par solidarité avec Alep. Avec tous les habitants d'Alep ? Le million d'Alépins réfugiés dans les quartiers Ouest n'existent pas. Les tirs obus qui se sont abattus sur eux pendant des mois et des mois tirés depuis le camp dit « rebelle » étaient-ils à blanc sans provoquer de victimes ?

Question. On connaît le dictateur en place à Damas. Mais qui sont ces courageux « rebelles » ? Des opposants à Bachar ? Certainement, en partie. Des djihadistes, compagnons de ceux qui ont tué nos compatriotes au Bataclan ? Certainement, en partie, aussi. Tous les opposants à l’ancien protégé des occidentaux ont reçu matériel et conseillers militaires nord-américains, français et autres européens au nom de la lutte pour la « démocratie ». Simplement pour cette raison ?

Quoi qu’on puisse penser de MM. Poutine et Assad, et je n’en pense pas du bien, une constatation s’impose : les actuels dirigeants nord-américains et européens viennent de subir un cinglant camouflet au prix fort de milliers de victimes. Quant à François Hollande, comme d’habitude pathétique, croyant pouvoir encore jouer un rôle, il apparaît comme incapable de tenir son rang.

Une chose est certaine. Des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants sont morts sous les bombes russes, celles de l’armée d’Assad, des rebelles, des djihadistes. C’est aux victimes que vont nos pensées. Ce sont eux que nous pleurons, ce sont eux que nous devons sauver de la folie meurtrière. D’où qu’elle vienne.

La désinformation, l’intoxication médiatique, les manipulations sont la règle dans ce monde hors contrôle. Tenez un exemple récent. Après la mort de Fidel Castro, vous avez entendu des tonnes de commentaires sur le « goulag cubain », sur les prisonniers politiques. Avez vous entendu des informations sur les 300 avocats, syndicalistes, militants des droits de l’homme, des mouvements associatifs assassinés ces deux dernières années au Honduras ?

Avec-vous entendu évoquer le sort des Palestiniens emprisonnés en Israël notamment des enfants ? Voici quelques chiffres.

On comptait, au mois de juillet 2016, 7.000 prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes parmi lesquels

350 mineurs de moins de 18 ans, plusieurs dizaines de moins de quinze ans.

1 700 prisonniers palestiniens sont malades, 25 d’entre eux dans un état critique et ne recevant pas les traitements appropriés.

Ainsi va la liberté d’expression et la défense des droits de l’homme à géométrie variable.

José Fort (http://josefort.over-blog.com/)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article