Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Comme chaque année le 1er janvier, il faudra digérer les hausse des prix.

Il y a des tarifs qui augmentent légèrement comme ceux des assurances (+ 2.5 %), qui sont censés compenser le coût des inondations et les suites des attentats. Et puis il y a ceux qui dérapent comme les +13 % de hausse moyenne que les banques imposeront après la généralisations des frais de tenue de compte en 2016.

Mais à quoi correspond cette envolée ? Pas à l’inflation qui se traîne en deçà de 0.5 %. Pas plus à un dérapage de la masse salariale, puisque 600 000 postes ont été détruits dans le secteur en huit ans, tandis que se généralise la banque numérique. Pas davantage à une hausse de qualité de service. Pour se justifier, les banques avancent la baisse des taux d’intérêt qui rongerait leurs marges... Elles oublient de préciser qu’elles aussi profitent des taux bas, négatifs même, que leur sert à volonté la banque centrale.

Outre l’importance de la hausse, ce qui ne laisse pas d’étonner est l’unanimité dans la décision. Si toutes n’augmentent pas uniformément de 13 %, toutes le font significativement ce qui interroge sur une entente. Le marché est libre, arguent t’elles, chacun peut transférer son compte à la crèmerie d’en face. Vite dit. Non seulement le numéro de compte n’est pas portable, mais 15 millions de personnes ne peuvent pas dire ciao à leur banquier. C’est encore plus vrai pour 9 millions qui ont un crédit immobilier avec clause de domiciliation, et qui sont pris au piège.

(Marianne - décembre 2016)

 

 

 

 

 

Commenter cet article