Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Les mots qui fâchent

Il y en a un qui engrange des points en ce moment, c'est le président éternel de la grande Russie - oui, je l'appelle comme ça depuis quelque temps, je m'entraîne...

Avec Trump d'abord aux États-Unis, Fillon en France qui tient la pole position pour la présidentielle, même si, bien sûr, rien n'est joué à cinq mois du scrutin, mais bon, et puis, pas de souci pour lui, car Marine Le Pen est là juste derrière et, au cas où, Mélenchon à gauche ferme le ban du cortège du fan-club, pardon des pro président éternel de la grande et sainte Russie. Oui, j'ai rajouté sainte avec Fillon, on ne sait jamais... Un grand chelem, donc, pour Poutine. Un peu partout se construit une sorte d'alliance hétéroclite de personnalités, mais qui ont en commun de se tourner vers l'Est. La liste des raisons est tout aussi bigarrée, allant d'un resserrement des rangs de la chrétienté tremblante face au « grand remplacement » avec son lot de « valeurs », pour certains, un antiaméricanisme viscéral pour d'autres, le financement de campagnes passées et à venir, le fantasme du despote éclairé, un rééquilibrage de la diplomatie mondiale, etc. Un gagnant, donc, et une grande absente qui se profile : l'écologie ! Fillon ne parle pas d'écologie, voilà un autre point d'accord avec Poutine : l'écologie, rien à foutre, ou le courage de s'en foutre ! Je me disais que si Sarkozy passait, ce serait la guerre civile, avec Fillon l'émeute, et Juppé, la grève générale.

La droite vient de choisir l'émeute, c'est son choix, car comment penser une seconde que nous allons regarder ce démantèlement des services publics s'opérer sans bouger. Les entreprises absorbent des centaines de milliards d'euros sous forme de subventions, d'aides, d'optimisation fiscale, etc. L'argent qui manque est là, et c'est une stratégie délibérée, c'est là que se situe le nouvel eldorado du monde entrepreneurial, son gaz de schiste : pomper l'argent du contribuable. Ces gens vivent aux crochets de l'État et nous donnent des leçons d'autonomie.

Philippe Torreton (Journal L’Humanité du 25 novembre 2016)

Les mots qui fâchent

Commenter cet article