Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Renationaliser les autoroutes : une nécessité

Les sénateurs PCF relancent leur campagne de mobilisation devant les péages autoroutiers.

Entretien réalisé par Aurélien Soucheyre (Journal l’Humanité)

Évelyne Didier Sénatrice communiste de Meurthe-et-Moselle

Les sénateurs communistes remettent la question de la renationalisation des autoroutes sur la table. Pour quelles raisons ?

ÉVELYNE DIDIER C'est une nécessité absolue. Il s'agit de reconquérir un bien commun, utile pour les populations, les territoires et les entreprises, qui a été transformé en outil financier au service des actionnaires. En 2006, l'État a vendu la part qui lui restait contre 15 milliards d'euros au faux prétexte d'une baisse de fréquentation et d'un risque de dette surévalué. Des sociétés privées ont récupéré des autoroutes déjà payées par l'impôt dont l'utilisation par les usagers était assurée et dont la rentabilité est exceptionnelle. Aujourd'hui, le réseau autoroutier se dégrade, et les prix aux péages ne cessent d'augmenter.

Les autoroutes génèrent 1 à 2 milliards d'euros de recettes par an. Le manque à gagner d'ici à 2032 est estimé à plus de 40 milliards d'euros...

ÉVELYNE DIDIER Les montants en jeu sont considérables. Un rachat par l'État des concessions autoroutières serait d'ailleurs rapidement rentable. En acquérir 51 à 100 % coûterait entre 26 et 36 milliards d'euros pour un emprunt qui serait remboursé dès 2029.

Un retour dans le giron de l'État permettrait d'appliquer une politique tarifaire plus correcte vis-à-vis des usagers (entre 2005 et 2012, les prix aux péages ont augmenté de 16,5 %, soit deux fois plus que l'inflation – NDLR), mais aussi de retrouver des moyens financiers pour l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF), afin de dédier des fonds à l'entretien et au développement du réseau routier, des transports en commun et du fret ferroviaire, qui doit être renforcé, puisqu'un camion vaut 10 000 voitures en termes d'usure des routes. Il s'agirait aussi d'agir sur l'emploi, puisque 2 675 postes ont été supprimés en neuf ans.

Commenter cet article