Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

Fête de l'Humanité. Le carrefour de toutes les luttes sociales

Fete Humanite 2015- Forum Social - Debat avec Philippe Martinez, sgt gal de la CGT, Marc Goblet (FGBT - Belgique) et William Martinet (Pdt UNEF)- Photo Patrick Nussbaum

Vous en avez assez des débats sur le burkini, l’islam, etc. ? La Fête de l’Humanité est faite pour vous. Durant trois jours, les questions sociales seront sur le devant de la scène. Une bouffée d’oxygène avant la grande mobilisation pour l’abrogation de la loi travail, le 15 septembre.

«La Fête de l’Humanité est un formidable rendez-vous d’échange pour remettre sur le devant de la scène les questions sociales alors que s’ouvre une nouvelle séquence contre la loi travail et que certains laissent prospérer un climat malsain et délétère », lance Virginie Gensel, responsable confédérale de la CGT. Alors que pour 64 % des Français, les thèmes économiques et sociaux priment sur les thèmes identitaires et de sécurité dans la perspective de la prochaine élection présidentielle, selon un sondage Elabe publié la semaine dernière.

Nombreux seront les rendez-vous. Durant trois jours, les préoccupations des salariés résonneront dans tous les stands et difficiles seront les choix à faire. Bernard Thibault, ancien secrétaire général de la CGT, membre du bureau de l’Organisation internationale du travail, ouvrira le bal vendredi dès 14 heures au village du livre, avant de laisser place, samedi à 18 heures au forum social, à Jean-Claude Mailly (FO), Philippe Martinez (CGT), Bernadette Groison (FSU), Éric Beynel (Solidaires), William Martinet (Unef), Clara Jaboulay (UNL), Chloé Deverly (Fidl). Un événement pour le secrétaire général de Force ouvrière qui rencontrera pour la première fois le public de la Fête de l’Humanité, signe que la Fête sera « the place to be » du mouvement social, avant la grande mobilisation interprofessionnelle du 15 septembre pour l’abrogation de la loi travail.

« Je n’exclus pas que certains se demandent ce que je vais faire là-bas, mais, à partir du moment où l’on a des convictions et que les choses sont claires, on peut aller débattre partout. Il y a quelques années, j’ai participé à l’université d’été du Medef. Là, ça change, je vais à la Fête de l’Huma », a fait savoir l’intéressé dans un entretien donné à son journal interne. Un débat historique qui sera « l’occasion de tirer un premier bilan sur la mobilisation du printemps et, pour chaque syndicat, de mettre en débat ses propositions afin de lever un souffle d’espoir, quand d’autres offrent le repli sur soi », résume Virginie Gensel.

Plus tôt dans l’après-midi, la question des 32 heures sera d’ailleurs l’objet d’un temps fort au forum social. À l’agora, cette fois de 15 heures à 18 heures, se tiendra samedi, année préélectorale oblige, un grand forum où le mouvement social aura l’occasion d’interpeller la politique. Au menu de ce rendez-vous, les syndicalistes, étudiants ou encore blogueurs qui ont nourri l’actualité sociale du printemps se feront les porte-voix, à la veille des échéances de 2017, de tous ceux qui se sont mobilisés contre un gouvernement dont la politique est aux antipodes des attentes populaires. Les propositions alternatives à la loi El Khomri auront leur place avant que n’interviennent des personnalités pour une série de cartes blanches sur les questions liées au travail, aux nouvelles formes de mobilisation, à la démocratie, ou encore à la liberté de s’opposer, mises en lumière par le mouvement contre la loi travail. Suivra un focus sur le déchaînement médiatique contre ceux qui ont lutté quatre mois durant.

Clotilde Mathieu

Journaliste pour l'humanité (mercredi 7 septembre 2016)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article