Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Renforcer la sécurité peut-il tout résoudre ?

Face aux attentats, les réponses à apporter sont éminemment politiques

un article de Jean-Marc Durand Membre du Conseil national du PCF

Après l'attentat de Nice, le traumatisme demeure entier dans la population. S'il faut s'interroger face à cet acte de barbarie cruelle sur les conditions de sécurité mises en œuvre et sur les dispositifs de protection des citoyens, ce n'est certainement pas le moment de faire monter les enchères en déclarant tout et n'importe quoi. Par contre, même si nous sommes confrontés à une situation très complexe et difficile à maîtriser, même si nous sommes face à des actes qu'il est difficile de prévoir avec exactitude, rien n'est pire que de dire que nous allons devoir nous habituer durablement à vivre avec cette épée de Damoclès sur la tête et que les actes terroristes vont faire partie maintenant du quotidien de la vie de chacun-e. Derrière de tels propos il y a une dangereuse acceptation des événements et une encore une plus dangereuse pédagogie du renoncement, de la résignation, de l'acceptation d'une sorte de fatalité.

Idéologiquement, cela travaille une volonté beaucoup plus large de faire accepter le système tel qu'il est. Finalement le terrorisme serait le prix à payer pour préserver le modèle libéral d'organisation de la société dans la zone occidentale avec en arrière-plan l'acharnement à nier l'existence d'alternatives de progrès. Connu depuis longtemps, le terreau du terrorisme continue sans vergogne à être fertilisé par la plupart des dirigeants politiques de ce monde.

C'est à partir de questions concrètes jamais résolues, de tensions entretenues par la domination et l'exploitation générées par le système capitaliste, opposant les hommes entre eux, les peuples entre eux, les territoires entre eux, jetant dans le désarroi et la précarité des centaines de millions de personnes et maltraitant notre environnement, que s'enracinent les fondements idéologiques du terrorisme, même si c'est pour reproduire des modes de vie et gestion identiques, voire pires.

Quand des êtres humains souffrent de malnutrition, vivent avec moins de 2 dollars par jour, ne disposent pas d'un accès minimum à l'enseignement, à la culture, ne peuvent pas se soigner, vivent sous les bombes et les tirs de mitraillettes depuis des dizaines d'années, voient chaque jour leur droit d'expression bafoué, cela produit les pires réactions.

Depuis des années le refoulement de ce mépris ne peut que conduire à des situations explosives, catastrophiques, préparant un retour du refoulé dont on ne peut prévoir la forme et les modalités d'expression.

On peut imaginer le terrain propice à des actes insensés que cela prépare notamment parmi des esprits faibles que d'aucuns s'empressent de manipuler.

Si on ne peut et on ne doit pas ignorer le besoin de sécurité immédiate de la population, l'issue à cette situation est profondément politique. Il est plus que temps de réactiver l'action et la lutte politiques sur des alternatives et pour des issues concrètes et palpables par les populations. Cela touche à la politique internationale, avec l'exigence d'un règlement de la situation palestinienne, d'en finir avec les logiques de guerre qui prévalent depuis trente ans maintenant, de l'Afghanistan en passant par les Balkans jusqu'à l'Irak, la Libye, la Syrie, et en laissant les peuples déterminer leur propre avenir.

Mais cela tient à la mise en œuvre d'une autre politique financière, économique et sociale dans le monde, en Europe et dans chaque pays. Une politique qui fasse le choix d'une autre utilisation de l'argent, mis au service du développement et de l'émancipation des peuples contre la spéculation et l'accumulation capitalistes.

En clair, une politique qui repose sur le développement massif des services publics, de nouveaux droits sociaux et de nouveaux pouvoirs d'intervention et de décision des salariés et des citoyens dans la gestion des entreprises, des banques et de la cité. Une politique qui fasse le choix de la paix, qui respecte l'environnement et propose à chacune et à chacun, par le développement de tous, un nouveau stade de civilisation où la lutte des classes redevienne le moteur du dépassement des contradictions et des antagonismes sociaux.

Journal L’HUMANITE du 19 juillet 2016

Renforcer la sécurité peut-il tout résoudre ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article