Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

C'était Samedi soir au Guilvinec – La Fête du Travailleur Bigouden...Travailleurs de la Mer

Comme chaque année à cette époque les communistes du secteur ont à cœur de tenir leur fête d'été, plusieurs centaines de personnes ont tenu à être présentes.

C'est Etienne Le Bellec, conseiller municipal communiste qui prononça une courte allocution que nous reproduisons.

Bonsoir

Dans la nuit du 14 juillet un crime a été perpétré à Nice.

On l’appellera comme on veut, l’œuvre d’un fou, ou le massacre des innocents. ?

Nous nous sommes interrogés hier matin si nous devions annuler cette fête, mais n’était ce pas abonder au désir profond des tueurs ?

Nous l’avons donc maintenue !!!

Certes la part de responsabilité des puissances occidentales, par leurs interventionnismes, en Afrique, au moyen orient, rappelant les pires moments du colonialisme ne sont pas étrangé à la montée du terrorisme.

Et n’est il pas vrai que les mêmes que nous armons en un endroit, nous les combattons ailleurs ?

Car derrière les religions mortifères se cache les intérêts économiques des puissants, ici un gazoduc, là un combinat là encore l’appropriation de l’eau.

Les multiples guerres que la France mène au delà de ses frontières, ne peuvent cependant servir d’excuses aux assassins. Le massacre de Nice touchant des enfants, des femmes et des hommes qui ne demandaient qu’à vivre, marque la dégénérescence des idées de ce siècle et cette violence aveugle qui ne repose sur aucune légitimité nous devons l’éteindre car « .Le ventre est encore fécond d’ ou a surgit la bête immonde. »

………………………………………………………………………………………….

C'était Samedi soir au Guilvinec – La Fête du Travailleur Bigouden...Travailleurs de la Mer

La liberté est un combat, elle ne trouve sa place dans aucun compromis, dans aucun arrangement, dans aucun pacte avec Dieu ou le Diable.

Ce combat pour la Liberté ;l’Egalité, la Fraternité c’est ensemble que nous devons le mener et sur notre sol, comme sur tous les sols des peuples martyrisés, il se trouvera toujours quelqu’un, quels que soit les circonstances, pour se lever , avec une pierre, ou un pieu à la main, pour crier à la face du monde son droit à l’existence.

En hommage aux victimes fauchées à Nice, permettez-moi de vous lire cet extrait du poème LA NUIT DE JUILLET d Aragon.

C’est encore une fois Juillet dont les dents brillent

C’est toujours en Juillet que grillent les Bastilles

Les roses de naguère expliquent leurs reflets

Par cette chienlit des licteurs qui brûlaient

Enfin le feu s’est mis à la fête foraine

Qui soit même consume au milieu de l’arène

Le pître le jongleur et le danseur de corde

Courent de tous côtés criant miséricorde

Aux grelots de son char pend le faux Phaéton

Et le sable est jonché de masques en carton

L’équilibriste tombe et l’avaleur d’étoupe

Flambe avec l’avaleur de sabre qui se coupe

Et tandis que le peuple éprouve qu’il est grand

A comment dans leur cirque il foule les tyrans

L’étalon Liberté crevant l’écran de toile

Dante sort de l’enfer et revoit les étoiles

Nous allons maintenant observer une minute de silence.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article