Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Le déclin de l'empire social-démocrate

Editorial de Maud Vergnol (Journal L’Humanité du 21 juin 2016)

« Et une de plus », serait-on tenté de dire après la gifle électorale infligée au « Parti démocrate » de Matteo Renzi, qui vient confirmer la lente agonie d'une social-démocratie noyée dans le marigot ultralibéral. Cette défaite vient s'ajouter à une longue liste qui a déjà laissé sur le carreau nombre de leurs complices européens. Les faits sont têtus : partout en Europe, les partis socialistes qui ont fait le choix de la rupture avec le progrès social, abandonnant toute volonté de partage des richesses pour imposer des reculs sociaux par la force, ont été sanctionnés par les urnes. Partout, cette capitulation idéologique devant le capitalisme financier a conduit au naufrage. Et il n'y a aucune raison que ce long déclin de l'empire social-démocrate ne touche pas la France. D'autant que François Hollande et Manuel Valls mettent du cœur à l'ouvrage en s'acharnant à imposer, quoi qu'il en coûte au socle républicain, la loi dite « travail », grâce à laquelle le capitalisme compte faire payer sa crise aux travailleurs.

C'est dire si l'échec de son « frère jumeau » italien devrait inquiéter Manuel Valls. Car le premier ministre n'a jamais caché son admiration pour Matteo Renzi, celui qui a osé « bousculer pour réformer ». Le chef du gouvernement italien aurait ainsi « révolutionné » le marché du travail avec le Jobs Act, cette muse de la loi El Khomri adoptée l'an dernier et elle aussi inspirée des « recommandations » de la Commission européenne, dont on connaît l'efficacité des conseils avisés.

En imposant sans le vote de la représentation nationale une loi inspirée par la technocratie européenne, l'élève Valls a même dépassé le maître italien dans une parodie de bras de fer à la Thatcher. Hollande et Valls pourront interdire les manifestations. Ils pourront même utiliser une nouvelle fois le 49-3 lors du retour du texte à l'Assemblée nationale. Mais la loi El Khomri s'annonce comme le chant du cygne d'un pouvoir voué à subir une défaite à la hauteur du désespoir qu'il a semé.

Le déclin de l'empire social-démocrate

Commenter cet article