Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Europe: l'heure est à la refondation
Un article de José Fort (http://josefort.over-blog.com/)

Après le vote des Britanniques en faveur du retrait de leur pays de l’Union européenne, chacun à son mot, son interprétation : l’immigration, le prix trop cher à payer, la bureaucratie, les dimensions des toilettes ou des saucisses…L’essentiel est ailleurs : ce vote traduit d’abord le rejet de la construction libérale de l'Union européenne.

A force de travailler à saboter les conditions de vie, de travail, d’existence des classes populaires, les ultralibéraux de l’Union européenne de droite comme de la sociale démocratie ont fini par échouer sur le mur du peuple. Aujourd’hui, les Britanniques, demain qui ?

Après ce vote, le risque est grand que les dirigeants européens fuient une nouvelle fois leurs responsabilités. La déclaration de François Hollande au lendemain du scrutin d’Outre Manche confirme le maintien d’une orientation mortifère pour l’Europe.

Qu’a-t-il dit ? Des formules connues, des poncifs entendus depuis des lustres sans jamais évoquer la raison première du désaveu de la politique de l’Union européenne : celle de la régression sociale et du non respect de la volonté des peuples. Les Français dont le vote de 2005 a été jeté aux poubelles en savent quelque chose.

Les chefs d’Etat et de gouvernement ainsi que leurs représentants à Bruxelles ont tout faux. S’ils persistent dans leur entreprise funeste, ils seront balayés. Leur sort nous importe peu. Ce n’est pas avec eux qu’une autre Europe doit être pensée et construite.

L'heure n'est pas à l’immobilisme.

Sans attendre, des premières et immédiates décisions doivent être prises.

- Les plans comme celui du libre échange avec les Etats-Unis qui aurait pour conséquence la mise sous tutelle nord-américaine des économies européennes doivent être annulés.

- Les directives de déréglementation sociale, à commencer par la Loi « travail » en France doivent être annulées. La loi dite El Khomri est un pur produit d’importation made in Union Européenne. Jean-Claude Juncker, le président de la commission européenne, est allé droit au but il y a quelques jours en déclarant, je le cite, « la loi réforme du travail en France est le minimum de ce qu’il faut faire. »

D’autres mesures d’urgence doivent être prises. Par exemple :

- L’adoption immédiate de dispositions pour sortir de l'austérité avec la renégociation du traité budgétaire et une conférence européenne sur la dette.

- L’affectation des 80 milliards d'euros injectés chaque mois par la Banque centrale européenne sur les marchés financiers vers les services publics et l'investissement public.

Ces premières mesures permettraient de commencer à combattre les fléaux imposés aux peuples européens. Fléaux ? Voici quelques chiffres :

- 26 millions de personnes sont privées de travail dans l’Union européenne.

- 7,5 millions de jeunes Européens sont sans travail et sans formation.

- 23 % des moins de 25 ans sont à la recherche d’un emploi dans les 28 États membres de l’Union européenne.

Pour reconstruire l'Europe, les peuples doivent être écoutés et respectés. L'avenir de l'Europe ne doit plus se décider dans leur dos.

Il y a un piège que tendent les nostalgiques de l’ordre brun, en France le Front national : utiliser la peur et la politique cataclysmique de l’Union européenne pour détruire toute espérance d’une autre Europe, celle de la paix, de la coopération véritable, du respect et de la justice sociale. Or, il n’y a pas de solution viable dans la politique du retrait et de la chaise vide. Assurer la paix, la coopération passe par une politique de progrès social et de développement partagé. L’heure est donc à la refondation.

Comme l’écrit Serge Halimi dans « Le Monde Diplomatique » daté du mois de juin, « imposer des sacrifices cruels à des peuples entiers au nom de règles qu’on ne comprend pas soi-même, oublier ces dernières sitôt que des compères politiques les transgressent : c’est aussi sur ce terreau d’amoralisme et de cynisme que l’extrême droite européenne avance. »

Commenter cet article