Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

 Communiqué de la Fédération PCF du Finistère: tous ensemble mobilisés contre la loi El Khomri ce jeudi 26 mai!


Le jeudi 19 mai dernier, 7ème journée de mobilisation nationale après 2 mois de lutte, il y avait près de 2800 manifestants dans le Finistère. Grèves, blocages, actions… la mobilisation contre la loi Travail s'amplifie partout en France. Le PCF est solidaire de toutes ces initiatives et y participe très activement.


Les parlementaires du Front de gauche ne lâchent rien pour obtenir le retrait du projet de loi et ont déposé à l'Assemblée un autre projet de loi travail, basé sur la sécurisation de l'emploi et de la formation, l'extension des droits des salariés qui doivent pouvoir défendre leurs conditions de travail face aux exigences de rentabilité et de profit et au coût toujours plus important du capital.


Il faut continuer et intensifier la lutte, à l'appel des syndicats qui résistent à cette formidable régression sociale (CGT, FO, Solidaires, FSU, UDEF, UNL, FIDL) ce jeudi 26 mai par la grève et la manifestation à 11h dans plusieurs villes du Finistère:


BREST : Place de la Liberté

QUIMPER : Place de la Résistance

MORLAIX : Place de la Mairie

CARHAIX : Place du Champ de Foire

QUIMPERLE 10h30 : Rond Point Jean Charter

DOUARNENEZ 17h30 : RDV Leader Price puis convoi jusqu’à la place de la Résistance DZ


Ce mouvement s'amplifie parce que le cœur du projet de loi El Khomri, avec notamment l'inversion de la hiérarchie des normes, est confirmé par le gouvernement, la droite et le patronat, malgré l'opposition archi-majoritaire à ce texte dans le pays.


Sans chercher le moindre début de discussion, le gouvernement vient de s’illustrer dans une opération de police brutale contre les salariés en lutte, devant le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer. Cette attitude en dit long sur les dérives de ce pouvoir qui ne supporte pas la contradiction populaire et refuse d’entendre raison.

Le PCF condamne ce choix politique qui n'a rien à envier à celui de la majorité précédente face au mouvement contre la loi sur les retraites de 2010.

En agissant de la sorte, le gouvernement de François Hollande et Manuel Valls achève de se disqualifier. Le peuple de gauche doit en tirer les leçons. Refusant de céder à l'intimidation, il faut d'urgence que les hommes et les femmes qui se reconnaissent dans les combats de la gauche se rassemblent pour tracer une autre perspective.


Commenter cet article