Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Pour 2017, le PCF appelle à passer aux actes

Julia Hamlaoui (L’Humanité du 18 avril 2016)

Comment faire en sorte que l'horizon, un peu moins sombre depuis la naissance du mouvement contre la loi El Khomri, ne se rebouche pas à l'approche des échéances de 2017? C'est, au fond, sur cette question que les responsables communistes, réunis en Conseil national, se sont penchés vendredi. Par 56 voix pour, 7 contre et 3 abstentions, ils ont adopté une résolution dans laquelle le PCF se dit « à l'offensive pour ouvrir une solution progressiste à gauche ». L'idée est « de dépasser le débat sur le mot « primaire »' pour clarifier (la) proposition pour 2017 ». Celle-ci doit permettre « une candidature de rassemblement à l'élection présidentielle porteuse d'un réel projet de rupture à gauche, capable de battre la droite et l'extrême droite », issue d'un « processus collectif citoyen, une primaire citoyenne à gauche si elle répond à ces objectifs », est-il précisé.

Loin, donc, de ce que voudrait en faire le PS, à savoir légitimer une nouvelle candidature de François Hollande ou, au moins, ralentir voire disperser les voix alternatives. « Nous, nous avançons, et nous ne laisserons pas enterrer le processus citoyen », a promis le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent.

Décidée à ne pas se « résigner » à voir « le désaveu massif et justifié » du pouvoir Hollande-Valls se transformer, en l'absence d'« une nouvelle réponse progressiste largement rassembleuse », en « une victoire de la droite et de l'extrême droite » en 2017, la direction du PCF appelle « solennellement (les) forces politiques et sociales, (les) femmes et (les) hommes qui s'impliquent dans le mouvement social, dans la vie associative, et toutes les forces disponibles » à passer « ensemble aux actes ».

Une «grande consultation citoyenne» intitulée «Que demande le peuple?»

Alors que le débat sur la stratégie en vue de 2017 doit se poursuivre au sein du parti jusqu'à son congrès début juin (l'Humanité du 11 avril), le texte adopté vendredi affine le sens de la démarche envisagée lors de son Conseil national de mars: « La candidature de gauche à laquelle nous voulons travailler ne peut évidemment en aucun cas être celle de François Hollande, qui s'acharne, malgré le rejet populaire, à vouloir repartir, ni celle d'un autre représentant de la même politique, soutenue, depuis 2012, par la direction du Parti socialiste », est-il écrit. « L 'idée même de cette primaire est née du rejet de François Hollande ; en plein débat sur la déchéance de nationalité, il est apparu clairement qu'il ne pouvait être le candidat naturel », a également rappelé le porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles. Dans ce contexte, le PCF estime avoir « une responsabilité première à gauche pour construire, pour 2017 et au-delà, un front politique populaire et citoyen capable d'ouvrir une voie nouvelle ». « D'abord le débat, ensuite le candidat », insiste Pierre Laurent, dont le parti appelle à nouveau « les trop nombreuses candidatures annoncées à gauche » à « s'inscrire dans la construction collective nécessaire ». Pour le dirigeant communiste, il s'agit d'écrire à grande échelle « un contrat populaire de changement » avant d'envisager une votation à l'automne pour trancher entre plusieurs candidats qui se seraient engagés à le respecter.

Si 2017 occupe le devant de la scène, le PCF n'oublie pas les législatives

Pour « passer aux actes », le PCF lance plusieurs initiatives. D'abord une « grande consultation citoyenne » intitulée « Que demande le peuple? » avec l'objectif ambitieux de rencontrer 500000 citoyens autour d'un questionnaire qui leur permette d'exprimer leurs exigences. Un point d'étape est prévu dès juin avant une « restitution » à la Fête de l'Humanité, en septembre. Un moyen de contribuer à ce que « le peuple ne soit pas spectateur mais acteur » de 2017, selon Pierre Dharréville, membre de la direction du PCF en charge de l'initiative. Mais, d'ici là, le PCF propose également qu'une première vague de débats se tiennent avant l'été dans les départements. Et sont également à l'ordre du jour quatre rencontres nationales « à partir des questions d'actualité qui mobilisent le pays » (loi travail, Panama Papers, démocratie...).

Si la présidentielle occupe en général le devant de la scène, le PCF n'en oublie pas pour autant les législatives, qu'il juge essentielles pour déjouer « le verrouillage institutionnel » lié à « l'ultra-présidentialisation ». Pour préparer cette « échéance politique à part entière », ses militants ont été appelés, vendredi, « à amplifier dès maintenant le chantier de l'implication et de la construction citoyenne en engageant les constructions locales, circonscription par circonscription, qui permettront de faire émerger les projets, les candidatures capables de porter ces exigences et de l'emporter partout où ce sera possible ».

Pour 2017, le PCF appelle à passer aux actes
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article