Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

La science et la religion bien séparées

Pour Yves Gingras, les conditions pour un dialogue entre sciences et religions n'existent pas.

Jérôme Lamy, historien des sciences

Si l'on s'en tient à quelques critères élémentaires pour définir les pratiques scientifiques et les croyances religieuses, il est absolument évident qu'aucun dialogue n'est et n'a jamais été possible. La science tend à comprendre le monde par des explications rationnelles collectivement validées ; la foi se situe sur un plan strictement personnel et consiste en une vérité révélée. Les scientifiques ne font jamais appel aux miracles ou au surnaturel pour objectiver les phénomènes qu'ils étudient ; ils reconnaissent éventuellement l'impossibilité (actuelle) de résoudre certaines questions, mais jamais ils ne font appel à un quelconque deus ex machina qui suppléerait le travail exigeant de la raison. La science et la religion appartiennent donc à des registres totalement séparés et incommensurables ; il est dès lors inutile et dangereux de vouloir les faire dialoguer. Dans un ouvrage aussi enlevé que précis, l'auteur s'attaque à une insidieuse propagande qui tend à faire croire qu'il existe des conditions pour un dialogue entre sciences et religions. Il reconstitue l'histoire des oppositions entre les pratiques scientifiques et les croyances religieuses. Galilée le premier, alors qu'il démontrait par l'observation astronomique l'inanité des thèses catholiques sur le géocentrisme du monde, a été condamné au silence par l'Église.

D'ailleurs, Galilée et Copernic, note Gingras, ont longtemps constitué « deux épines dans le pied du pape ». Il a fallu attendre 1992 pour que Jean-Paul II reconnaisse, du bout des lèvres, que sur la place de l'Homme dans l'Univers, les prêtres avaient moins à dire que les astronomes. Darwin a également été dénoncé par les tenants d'une science inféodée à la Bible. Et même si son livre, l'Origine des espèces, n'a pas été mis à l'index, de nombreux autres ouvrages défendant les mêmes thèses ont subi les foudres obstinées de religieux. L'auteur souligne un point fondamental: on voit se multiplier, depuis une trentaine d'années, des ouvrages rédigés par des scientifiques faisant l'apologie du dialogue. Bien souvent subventionnés ou supportés par la fondation Templeton, ces livres ne démontrent en rien les possibilités d'un dialogue (et pour cause), mais participent d'un confusionnisme délétère. L'ouvrage d'Yves Gingras s'avère un salutaire antidote contre ces tentatives obscurantistes.

L'IMPOSSIBLE DIALOGUE. SCIENCES ET RELIGIONS, d'Yves Gingras.Éditions PUF, 422 pages, 21 euros.

Commenter cet article