Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

La députée Le Loch et le Tafta

La députée PS du Finistère Annick Le Loch et le député UDI d’Ille-et-Vilaine Thierry Benoit sont les co-rapporteurs de la Mission d’information sur l’avenir des filières d’élevage. Cette mission avait pour objectif d’examiner « les forces et les faiblesses » de l’élevage français et de formuler des propositions en matière de sécurisation des marges et des revenus des agriculteurs.

Au delà du charabia « les distributeurs doivent réapprendre à vendre des produits et non des prix »( !), comme le ministre Le Foll, ils ne sont manifestement pas là « pour désigner à la vindicte qui que ce soit » et on ne trouvera aucune dénonciation de la voracité prédatrice de la grande distribution ou de l’agro-industrie dont le président de la FNSEA Xavier Beulin est le digne représentant (voir http://pcbigouden.over-blog.com/2016/02/la-crise-agricole-de-trop.html).

En revanche, quelques mesures proposées par cette commission, et reprises sur le site de Mme Le Loch nous interpellent. Notre (?) députée se propose « d'exclure sans délai certaines productions agricoles sensibles des négociations sur le pacte transatlantique pour le commerce et l'investissement » (Ouest-France du 31 mars 2016) ou encore « exclure certaines productions agricoles du traité transatlantique de libre-échange, notamment la viande » (http://annickleloch.com/).

Mme Le Loch s’inscrit ainsi dans la logique délétère du TAFTA, qu’elle ne dénonce à aucun moment, en proposant des mesures cosmétiques, bien qu’elle ait entendu les organisations syndicales agricoles, notamment lors de la réunion à l’Assemblée Nationale du 4 novembre 2015 exprimer leur craintes : « Ces mêmes organisations ont opposé un front commun de refus total face aux négociations en cours sur le TTIP ou TAFTA dont les dangers potentiels sur une filière déjà fragilisée sont évidents. Le marché européen est actuellement tellement volatil, pour ne pas dire chaotique que son ouverture et son élargissement seraient un non sens suicidaire ».

Au moment où de nombreuses collectivités territoriales – notamment dans le pays bigouden – s’inscrivent « hors zone Tafta » et dénoncent les dangers de ces négociations transatlantiques qui se déroulent dans la plus totale opacité, cette attitude porte un nom : duplicité.

Il faudra bien s’en souvenir le moment venu. En 2017.

ALRX

Commenter cet article