Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

Le 9 mars dans la rue, et on continue


Un article de la section de Quimper ( http://quimper.pcf.fr/84495 )

500 000 salariés, retraités, jeunes, chômeurs, dans les rues ce jeudi 9 mars pour demander le retrait de la loi El Khomri.

Belle réussite pour cette première initiative nationale, à la hauteur des 1 200 000 signatures atteintes par la pétition.

Dans les villes bretonnes aussi, la participation était conséquente : plus de 5000 manifestants à Rennes et Brest, les pôles universitaires, mais aussi à Lorient, à Quimper, à Quimperlé et dans plusieurs autres villes de Bretagne, malgré les intempéries.

1500 au moins à Quimper ont défilé sous la pluie, la grêle, avec des bourrasques de vent à plus de 110 km/h (jusqu'à 139 km/h sur la côte). Il fallait bien tenir drapeaux et banderoles ! Mais cela n'a rien enlevé à la détermination des participants. Cette mobilisation était la 2ème dans la ville puisque le 27 février il y avait déjà eu un premier rassemblement improvisé en 2 jours avec la participation de 200 personnes.

Et les jeunes étaient bien présents, n'en déplaise aux journalistes locaux qui ne les ont pas vus, peut-être aveuglés par la pluie..., même si leur participation n'a pas encore atteint le niveau de mouvements passés. Mais ce n'était pour eux qu'un premier essai, l'information et les débats dans les lycées et établissements universitaires n'en étant qu'à leurs débuts.

Femmes en nombre aussi, notamment derrière la banderole qui ouvrait la manifestation, celle du syndicat CGT de Génération, complémentaire santé créée par l'assureur Verlingue. L'implantation récente d'un syndicat CGT dans cette société a fait éclater le faux consensus patronat-salariés que les dirigeants s'étaient efforcés de mettre en place. La banderole Génération CGT avec son double sens a eu beaucoup de succès.

Beaucoup de femmes parmi les hospitaliers très présents, les hôpitaux publics et leurs personnels étant en grande souffrance dans le département.

Comme la poste, l'éducation, les finances publiques, dont les salariés étaient là eux aussi.

Les cheminots en grève, bien visibles.

Et évidemment les salariés du privé, particulièrement concernés : la métallurgie avec la Franpac de Douarnenez, Cummins de Quimper, l'agroalimentaire avec les salaisons Tallec...

Des chômeurs.

Des lycéens, des étudiants, aux côtés des salariés.

Et même des jeunes socialistes.

Des familles, plusieurs générations confondues.

C'est le début d'un « Tous ensemble » qui ne demande qu'à grandir.

Et déjà de nouveaux rendez-vous sont pris : le jeudi 17 mars pour les étudiants à l'appel de l'UNEF, et le 31 mars tout le monde se retrouve : salarié-es, privé-es d'emplois, jeunes, retraité-es, à l'appel de la CGT, FO, la FSU, Solidaires, l'UNEF, l'UNL et la FIDL.

Quant aux retraité-es, dès le lendemain, ils, elles, se sont retrouvés dans la rue pour leurs propres revendications.

Le 9 mars dans la rue, et on continue

Commenter cet article