Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Chez Peugeot, il se taille la part du lion

S'il en était encore pour croire à la fable de l'industrie automobile qui ne serait plus rentable en France, la fiche de paie du patron de PSA, Carlos Tavares, a le singulier mérite de rappeler le contraire. Le PDG de Peugeot-Citroën a vu sa rémunération presque doubler en un an passant de 2,7 millions d'euros en 2015 à 5,24, cette année.

Pour Jean-Pierre Mercier, délégué CGT du groupe automobile, la révolte et l'écœurement l'emportent face à ce patron « qui tient le même discours depuis des années, à savoir qu'il va falloir encore se serrer la ceinture, encore bloquer nos salaires, encore supprimer des emplois, des primes ».

CARLOS TAVARES EST FÉLICITÉ PAR LES PATRONS POUR SA HAUSSE DE RÉMUNÉRATION TANDIS QUE LES SALARIÉS SONT TOUJOURS AUTANT PRESSURÉS

Car si l'ex-dirigeant de chez Renault passé chez PSA a fait payer la facture de la diminution des ventes depuis quelques années aux salariés en supprimant plus de 11 000 emplois et en gelant les salaires, il sabre seul le champagne du retour des bénéfices, qui ont bondi à 1,2 milliard d'euros, l'année dernière. Seul, mais avec la bénédiction de Pierre Gattaz puisque le patron du Medef s'est empressé d'annoncer sur France Info : « Il faut féliciter Carlos Tavares du redressement exceptionnel qu'il a fait de PSA. »

Ajoutant sans rire : « Quand il y a de la réussite, ça ne me choque pas qu'on récompense la réussite. » Quant au gouvernement, il s'est contenté de faire les gros yeux au conseil d'administration de l'entreprise où les représentants de l'État ont voté contre cette envolée de rémunération patronale, sachant bien que leur vote n'aurait pas d'impact puisque l'État n'est actionnaire de PSA qu'à 14 %.

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a d'ailleurs qualifié cette hausse de revenu de « dommageable ». Est-ce seulement « dommageable » que Carlos Tavares ait gagné 14 500 euros par jour en 2015 alors que les salariés, sans qui aucune voiture ne serait produite, n'ont dû se contenter que d'une augmentation de 8 euros par mois pour 2016?

Olivier MORIN (Journal L’Humanité)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article