Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

Davos, c'est leur truc

C’est là que s’esquisse ou s’élabore le monde libéral de demain...

un article de Paule Masson (Journal l’Humanité du 22/01/2016)

Quelle coïncidence ! Emmanuel Macron pleure sur la « dure vie » des patrons au moment même où le gratin mondial étale son insolente impunité à Davos. Alors qu'Oxfam vient de révéler que les 1 % des plus riches ont accumulé plus de patrimoine que les 99 % restants avec un an d'avance, Manuel Valls caquette : « C'est là qu'il faut être. » À Davos. Dans le cercle fermé d'une oligarchie qui fortifie les murs du capitalisme mondial. Il y a deux ans pourtant, la délégation française rasait les murs en expliquant : « Davos, c'est pas notre truc. »

Deux ans seulement ! Depuis, Valls et Hollande attaquent sur tous les fronts pour accompagner la contrerévolution qui se joue dans la station huppée des Alpes suisses. Dans le saint des saints patronal, il est question cette année de la « quatrième révolution industrielle », celle de l'économie numérique, dont un rapport diffusé par le Forum économique mondial (WEF) prévient qu'elle pourrait entraîner la perte de 5 millions d'emplois. Cette « ubérisation » de l'économie a pour idéal une entreprise libérée de toute responsabilité sociale. Le salarié d'hier devient un « indépendant », le contrat de travail se transforme en échange commercial, le salaire disparaît au profit d'une rémunération basée sur un service. Le « plan d'urgence économique » de François Hollande accélère ce basculement vers un « modèle » qui invente les tâcherons du XXIe siècle.

Sombre avenir, qui requiert la méthode forte pour faire passer la pilule. Les mêmes jugent donc « normal » de jeter les syndicalistes de Goodyear en prison, harponnent les syndicats de la Fnac qui font opposition à un accord minoritaire sur le travail du dimanche. L'acharnement ne doit laisser aucun espace à un possible retournement de situation. Jeudi, petite éclaircie, l'inspection du travail a refusé le licenciement du délégué du personnel d'Air France mis à pied après l'affaire de la « chemise arrachée ». La direction s'est empressée de former un recours.

Davos, c'est leur truc

Commenter cet article