Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

Olivier Dartigolles : "le Front de gauche s'est planté" et doit "tout revoir"


Le porte-parole du parti communiste Olivier Dartigolles a jugé lundi que le Front de gauche s'était "planté" et devait "tout revoir du sol au plafond".

"Le Front de gauche s'est planté. Voilà, on s'est planté", a-t-il déclaré sur France Info, au lendemain de résultats mitigés aux régionales pour la gauche, qui a emporté cinq régions contre sept pour la droite. "On n'a pas fait que des sorties de route: on a participé à la désespérance parce que des gens qui nous regardaient en ayant espoir en ce qu'on pouvait engager ont été profondément déçus", a expliqué Olivier Dartigolles, lui-même élu dimanche soir en Aquitaine-Poitou-Charente-Limousin.

Il a cité "des chicaillades, des divisions, parce qu'on a fait de la politique comme les gens ne veulent plus la voir et la regarder". "Dans sa forme actuelle, le Front de gauche ne répond décidément plus du tout à l'urgence démocratique et politique", a-t-il poursuivi. Il a précisé que le Parti communiste se réunirait dans la journée pour tirer les enseignements du scrutin.

"Le Front de gauche a été créé très précisément pour éviter ce qui apparaît sous nos yeux depuis ces élections régionales, donc c'est un constat d'échec, il va falloir tout revoir du sol au plafond", a encore prévenu le responsable communiste, appelant à ne pas "recommencer comme si de rien n'était" et parlant de "refondation complète". Quant au compagnonnage avec l'ancien candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon, il n'a pas fermé la porte, assurant qu'"il y aura besoin de tout le monde", mais a privilégié l'idée de "faire entrer des millions de gens dans la bataille".

Olivier Dartigolles a également espéré que "suite aux propos de Jean-Christophe Cambadélis, on va enfin pouvoir avoir un débat de fond sur la nature de la politique qu'il faudrait mener". Il a souhaité l'ouverture de ce débat "avec ceux qui au PS, et ils sont nombreux, ne veulent pas de ça (...) et tous ceux qu'il y a sur leur gauche". "Je pense aussi à la gauche syndicale, associative et intellectuelle", a-t-il ajouté, et "certainement pas" à Emmanuel Macron. "Et qu'aucun d'eux ne fasse le pas supplémentaire vers la candidature à la présidentielle parce que ça nous pourrit", a-t-il insisté.

Olivier Dartigolles a par ailleurs assuré voir "en quoi François Hollande peut tirer profit de ces élections régionales, c'est-à-dire faire d'un séisme politique une opportunité pour la prochaine présidentielle". "C'est-à-dire évacuer du débat politique les grandes questions économiques et sociales et, au nom de la République, travailler le rassemblement pour accéder à la seconde marche pour la présidentielle, une place étant déjà réservée à Marine Le Pen", a-t-il explicité.

Commenter cet article

Guilbert 15/12/2015 08:12

Malheureusement Olivier n'a pas été élu conseiller régional, car le FdG a été éliminé dès le premier tour.

théo 14/12/2015 20:18

le virage à 190° la connerie pure