Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

Ajaccio : le PCF condamne avec fermeté ces actes

En Corse, dans la nuit de jeudi à vendredi, des pompiers et des policiers ont été lâchement agressés.

Le PCF condamne avec fermeté ces actes et demande que leurs auteurs soient rapidement interpellés et traduit en justice.

Pour autant ces faits ne peuvent en aucun cas justifier que chacun cherche à se faire justice en profanant et en saccageant un lieu de culte musulman. Nous condamnons avec autant de fermeté ces actes.

A la suite de ces événements et alors que partout en France l'état d'urgence est en vigueur, il est incompréhensible que des personnes manifestent à Ajaccio en proférant des propos racistes et xénophobes alors que, lors de la COP 21, des militants écologistes ont été arrêtés et pour certains d'entre eux assignés à résidence, pour des raisons prétendues attentatoires à l'ordre public.

Attaquer des agents du service public, saccager un lieu de culte et scander des propos racistes sont des actes d'une grande gravité qui ne peuvent les uns et les autres rester impunis

Ajaccio : le PCF condamne avec fermeté ces actes

Commentaires

Pour avoir vécu en Corse plusieurs années, je ne suis pas surpris de ce qui se passe à Ajaccio, surtout après avoir entendu JG Talamoni, nouveau président de l'assemblée corse lors de son discours d'investiture déclarant :

"au nom de cette partie du mouvement national qui n'a jamais accepté de reconnaître le principe de la tutelle française sur la Corse", reprenant les thèmes traditionnels de Corsica Libera, la défense de la langue corse, le développement économique pour les corses et l'amnistie des prisonniers politiques*(...) En votant pour les nationalistes, le peuple corse a dit que la Corse n'était pas un morceau d'un autre pays mais une nation, avec sa langue, sa culture, sa tradition politique, sa manière d'être au monde", a ajouté Jean-Guy Talamoni qui a prononcé tout son discours de neuf minutes en corse.

Ajoutant que "le peuple corse a voulu qu'un indépendantiste soit président de cette assemblée, sanctuaire de la démocratie corse (...) et qu'un nationaliste soit président du Conseil exécutif"

Si le score du FN est l'un des plus faible de France reste qu'une partie de l'extrême droite corse se retrouve dans les idées xénophobes et racistes développées par des groupes nationalistes au nom de « Français y fora » ...Les Français dehors oubliant le passé glorieux des résistants corses qui permirent la libération de l’île en 1943 et ou les communistes corses en furent des animateurs actifs.(**)

Reste le laxisme du gouvernement puisque officiellement la Corse est aussi sous le régime de l'état d'urgence.

R.D.

(*) Les auteurs d'attentats

(**)http://www.tousbanditsdhonneur.fr/la-resistance/l-analyse.html

Ajaccio : le PCF condamne avec fermeté ces actes

Jean-Luc Menlenchon : "Corse : la tristesse"

Message publié sur la page Facebook de l'auteur.

Qu’est-ce qui nous arrive dans ce pays ? On voudrait se réveiller et retrouver la France sans avoir honte de ses compatriotes. Évidemment, au début, c’était une manifestation de solidarité avec des pompiers agressés. Puis les petits malins du style « on est chez nous » se sont emparés de la situation pour déchaîner une manifestation raciste. Le premier pogrom en France aura donc eu lieu en Corse.

Ce quartier terrorisé, ce kebab saccagé, ce lieu de culte incendié, viennent après des centaines d’inscriptions injurieuses et racistes aussi impunies que la plupart des autres délits sur l’île. Sur ce territoire déjà, on peut assassiner dans la nuit un préfet désarmé en lui tirant dans le dos et passer pour un héros pour ce genre d’exploit. On peut aussi tuer, au milieu de soixante personnes qui affirment n’avoir rien vu, un apprenti pâtissier qui voulait témoigner en justice à propos d’un autre crime, et ainsi de suite. Tel est le fruit pourri d’une situation où l’État a de longue main laissé tout se dégrader par démagogie et complaisance.

Voilà où mènent le nationalisme exacerbé et la culture de la violence, le mépris des lois et des valeurs républicaines, et cette incroyable ivresse ethniciste jusqu’au point où le président d’une assemblée refuse de faire son discours inaugural dans la langue commune de la République avec un total mépris pour tous ceux qui ne comprennent pas ce qu’il dit. Sur i>Télé, une enragée qui participe au siège du quartier stigmatisé dit que c’est le « peuple corse qui parle » et ainsi de suite. Je ne suis pas dupe. Je connais l’appétit des médias pour jeter du feu sur les braises. Et j’aimerais bien que ce ne soit pas vrai.

Commenter cet article

Julia 27/12/2015 18:31

Ce qui s'est passé à Ajaccio n'est pas un fait isolé...Lire: http://www.humanite.fr/corse-je-ne-veux-pas-quil-entende-parler-arabe-577419
Dans le cadre de son doctorat de sociologie, Marie Peretti-Ndiaye s’est demandé « comment analyser les manifestations de racisme en Corse sans contribuer à caricaturer ou réifier, sans nourrir des représentations stigmatisantes d’un territoire souvent différencié ». Sa réponse tient en… 400 pages, fruit d’une documentation remarquablement enrichie d’une longue enquête de terrain.
http://www.humanite.fr/les-contours-des-racismes-loeuvre-dans-lile-544443