Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

Fête de l'Huma « BRETAGNE » les 28 et 29 novembre 2015 – Parc des expositions Lorient

Un vent de révolte souffle sur l’Europe

La 24ème fête de l’Humanité Bretagne intervient à un moment où de partout monte la contestation de l’austérité et de l’ordre ancien. En Espagne avec le mouvement des indignés qui amène PODEMOS, issu de la colère contre les expulsions et le chômage, aux portes du pouvoir. En Grèce où, après 5 années d’une terrible austérité génératrice des pires régressions, le peuple a porté au pouvoir SYRIZA qui se heurte aujourd’hui à l’hostilité déchaînée des gardiens du libéralisme.

En Irlande, la percée du Sinn Fein et en Ecosse celle des indépendantistes, se produit sur fond de contestation sociale et de recherche d’identité.

Au Portugal, des manifestations monstres contestent les privatisations ordonnées par le pouvoir aux ordres de Bruxelles. Partout c’est bien la Troïka (FMI, BCE, commission européenne) qui est visée et le capitalisme qui est contesté. Notre rêve et notre combat, c’est que toutes ces forces s’unissent en Europe pour créer un mouvement irrésistible. C’est tout le sens de la campagne du FRONT DE GAUCHE aux élections régionales qui se dérouleront une semaine après la fête de l’Humanité Bretagne.

Joël Gallais,

secrétaire départemental du PCF Morbihan et directeur de la fête


Les Débats

Samedi 28 novembre

Forum de la mer.

Quel avenir pour le ferroviaire en Bretagne ?

COP 21 : Les enjeux bretons et mondiaux.

La liberté de la presse en question.

Dimanche 29 Novembre

Accès aux soins : quelles alternatives en Bretagne ?

Les élections régionales dans le contexte européen.

Meeting avec Xavier Compain, Sylvie Larue et la vice-présidente du PGE, membre d'Izquierda Unida en Espagne, Maïté Mola

Fête de l'Huma « BRETAGNE » les 28 et 29 novembre 2015 – Parc des expositions Lorient

Dans le cadre du Forum de la mer organisé le samedi 28 un petit pense bête...

« P » comme « Pêche »

La politique commune de pêche (PCP) est née en 1983, c'est l'Europe bleue. Ses objectifs étaient réputés prévenir la surpêche, garantir aux pêcheurs des moyens d'existence pérennes, approvisionner les transformateurs et les consommateurs, améliorer la préservation et la gestion des ressources, assurer le développement équilibré des territoires.

Les orientations ultra libérales de l'Europe l'ont conduites à s'écarter de ces objectifs.

En France, la flotte a été réduite de manière drastique - le nombre de bateaux a décru de 30% en 25 ans, l’emploi a chuté aussi de 30% en 15 ans seulement, de 50% depuis 1975 - au profit de quelques armateurs de la pêche industrielle, et au détriment de la pêche artisanale.

Conséquence : l’importation de produits de la mer passée de 30% à 60% pour satisfaire la consommation.

L'Europe est le premier importateur de poissons de la planète. L’insuffisance et l’imprécision des mesures de la PCP ont conduit ce secteur d'activité à grave crise économique, avec d’importants effets sociaux, conjuguée à une crise écologique majeure.

Crise écologique avec la réduction massive des réserves halieutiques (88 % des réserves communautaires sont surexploitées contre 25 % au niveau mondial) et même la disparition d'espèces dans certaines zones géographiques : disparition de la morue des Grands Bancs de Terre Neuve à la fin du XXè siècle, réduction de plus de 80 % de la population de Mérous en Afrique de l'ouest, la quantité de Chinchards en zone Pacifique sud a été divisé par 10 en 20 ans… En cause la surpêche, et des pratiques absurdes : pour trois poissons pêchés, deux sont rejetés sans vie à la mer. Selon certains océanographes, « sans poisson, la mer risque de se transformer en une immense étendue d'eau boueuse, saturée d'algues toxiques et de méduses, comme on le constate dans certaines zones ».

Avec le Front de Gauche, nous portons l’exigence de politiques publiques répondant au défi alimentaire. Nous refusons la concurrence libre et non faussée au service de navires sous pavillons de complaisance, aux normes sociales du moins disant, pillant les ressources halieutiques au bénéfice de fonds de pension spéculant sur les quotas de pêche.

Nous défendons une pêche artisanale, relocalisée, rémunératrice. Nous militons en terme de santé publique, à la consommation, la diversité des produits alimentaires et des produits de la mer.

Il s’agira prioritairement, dans le cadre de la Politique commune de la Pêche

D’engager la France auprès de nos partenaires en faveur de la souveraineté alimentaire.

D’orienter de nouvelles politiques publiques visant à assurer une activité relocalisée et rémunératrice des marins, à lutter contre les importations au prix de dumping, à encadrer les pratiques des grands armateurs et les marges des distributeurs

En France, il faudra reprendre la main sur une gestion publique, globale et non marchande, en s’opposant aux concessions de pêches transférables.

Avec le concours de pôles publics bancaires, nous financerons la recherche publique au bénéfice de programmes sur la ressource halieutique, nous budgéterons la formation et la protection sociale de nouvelles générations de pêcheurs et de travailleurs de la mer.

Commenter cet article