Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

CDI : les terreurs nocturnes de Pierre Gattaz

Adrien ROUCHALEOU (journal L’Humanité)

À croire qu’il se délecte dans son rôle de père Fouettard des salariés. Pierre Gattaz, président du Medef de père en fils, pousse plus loin l’outrance antisociale en s’en prenant tout bonnement au CDI, la norme même du contrat de travail. Selon le saint patron des patrons, « le CDI tel qu’il est fait est très inquiétant, très anxiogène ». Dans une formidable inversion des valeurs, Pierre Gattaz ajoute qu’il faudrait selon lui « faire (en sorte) que ce CDI soit beaucoup plus sécurisé ». Sécurisé pour qui ? La réponse arrive juste derrière : « Nous préconisons que, lorsque nous signons un contrat avec un salarié, on puisse intégrer des clauses de séparation dans le contrat, comme un contrat de mariage. » Il faudrait donc que le contrat, seule protection des salariés, intègre des clauses… pour supprimer ces protections. Il n’y a pas à dire, il est très fort ce Gattaz.

À ce moment, cette interview du porte-parole du patronat, diffusée par France 2, est déjà fascinante parce qu’elle montre d’un homme qui ose tout. Mais il a par la suite une petite phrase qui en dit long. Après avoir présenté le CDI en monstre social, il déclare : « Aujourd’hui il y a un consensus historique national gauche-droite pour ce constat. » Nul doute que, quand il évoque la gauche, ce n’est pas dans son intégralité. Mais jamais, à notre souvenir, il n’avait exprimé aussi clairement sa convergence de vue avec le Parti socialiste de François Hollande et Manuel Valls. À la veille de la présentation par la ministre du Travail, Myriam El Khomri, de son projet de réforme du Code du travail (lequel est « devenu beaucoup trop compliqué » pour le seigneur Gattaz), il aurait eu tort de ne pas insister sur cette amitié, histoire d’espérer un geste supplémentaire. Cela a déjà à plusieurs reprises tellement bien marché depuis le début du quinquennat. Et si ça permet d’apaiser les anxiétés du pauvre Pierre…

(source : www.humanite.fr)

Commenter cet article