Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Torreben

France : des inégalités scandaleuses... et croissantes !

Pauvreté

« A 14 %, la proportion de pauvres, en France, recule de 0,3 point en 2013 par rapport à 2012 », nous dit la presse, rapportant les chiffres de l’Insee.

Les statistiques ne saignent pas devant le constat des pires catastrophes. De même, la sinistre comptabilité de l’Insee ne peut rendre compte de la pauvreté dans notre pays, de la misère, devrait-on dire...

« Officiellement », quand une personne seule dispose de moins de 1 000 € par mois, elle vit en dessous du seuil de pauvreté. 14 % de la population française se trouvait dans cette situation en 2013, contre 14,3 % en 2012. Les plus modestes auraient donc connu la première « augmentation » de leur niveau de vie depuis le début de la crise en 2008 !

« L'intensité » de la pauvreté aurait diminué en 2013 en raison notamment de la revalorisation de certaines prestations sociales (RSA et allocation logement).! C'est parmi les chômeurs et les adultes de moins de 30 ans que ce recul serait le plus sensible (-1,4 point) en raison notamment d'une augmentation des montants d'allocations chômage perçues.

C’est à cette vision totalement surréaliste de la société française que nous convie l’Insee à travers sa comptabilité glaçante, car – ainsi que le rappelle ATD Quart Monde – « il s'agit surtout d’une diminution mathématique. Une baisse de 0,3 % ne peut pas se constater sur le terrain, les pauvres n'ont pas du tout vu leur situation changer.»

Quant au Secours Populaire, il rappelle que « l’analyse des données collectées dans les permanences et les témoignages recueillis montrent que, avec des ressources qui s’amenuisent, une part croissante de la population en est réduite à survivre.

La France compte entre 4,9 et 8,5 millions de pauvres selon la définition adoptée. Depuis 2002, le nombre de personnes concernées a augmenté d’un million (+29 %).

Richesse

Parallèlement, ou plutôt comme cause principale des chiffres précédents, les inégalités s’accroissent. Il s’agit d’un mouvement constant dans notre pays depuis 15 ans.

Ainsi, les 500 premières fortunes de France ne connaissent pas la crise. Leur richesse globale a augmenté de près d'un quart en un an. Elle s'établit désormais à 330 milliards d'euros et n'a jamais été aussi élevée depuis 1996. Elle a quadruplé en une décennie et représente 16 % du produit intérieur brut du pays. Elle compte aussi pour 10 % du patrimoine financier des Français, « soit un dixième de la richesse entre les mains d'un cent-millième de la population. ».

Ce groupe de 500 compte 55 milliardaires, soit 10 de plus que l'année dernière. Le plus « petit »(sic) des 445 millionnaires affiche quelque 64 millions d'euros de patrimoine ! Et la tendance ne semble pas faiblir. Les dix premiers du classement ont vu leur fortune croître de 30 milliards en douze mois, à 135 milliards.

Aujourd’hui, plus que jamais, ce ne sont pas d’« aides » ou de charité dont il est question, mais bien de justice sociale. Les milliards déversés en direction des entreprises, les coupes sombres dans les budgets sociaux, les politiques libérales mises en œuvre par les gouvernements successifs de droite ou dits « de gauche » nourrissent le chômage, accroissent les inégalités et la pauvreté.

Que faire ? Dénoncer les tenants de ces politiques... Le changement est possible.

Commenter cet article