Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quel avenir pour l’Ecole Fleming de Lesconil ?

A la rentrée 2014, a été actée la fermeture d’une classe de l’Ecole Fleming de Lesconil. Le maire, Frédéric Le Loch avait alors constaté que l'écart en terme d'effectifs s'était creusé entre l'école privée Saint-Joseph située à Plobannalec et l'école publique située à Lesconil : « il y a six ans, il y avait 30 enfants de différence entre les deux écoles, il y a en aujourd’hui 71 ».

« La majorité réfléchit à la possibilité de mandater la SAFI (Société d'Aménagement du Finistère) pour une réhabilitation ou une reconstruction de l'école publique » a précisé Frédéric Le Loch qui pense que « la rénovation de l'infrastructure peut contribuer au renouveau du dynamisme de cette école ».

C’était en 2014. Aujourd’hui c’est carrément une menace de « délocalisation » à Plobannalec qui pèse sur l’école.

ALRX

--------------------

Une déclaration de Gaële Vichard-Le Noane, mère de deux enfants scolarisés à l’école Fleming

Pour accompagner cette rentrée des classes, je vais vous raconter une petite histoire.

C’est l’histoire d’un petit village, au sud du Pays Bigouden. Ce petit village est composé de deux bourgs : Plobannalec dans les terres et Lesconil sur la côte.

Il y fait bon vire.

Malheureusement, dans cette société où l’argent est roi et où la rentabilité prime, Lesconil a vu les chalutiers quitter son port, sa criée fermer et, récemment, son épicerie. La spéculation entraîne une hausse permanente des prix de l’immobilier et les services publics désertent ce pôle de la commune.

Malgré tout, à Lesconil, il reste une institution à laquelle nous sommes profondément attachés : l’école publique.

C’est une petite école de 95 élèves. Dans la cour, ça sent, et on entend, la mer.

En quelques minutes à pied, nos enfants peuvent découvrir le milieu marin sur l’estran, apprendre la voile au Centre Nautique ou tout simplement admirer ce paysage exceptionnel que nous offre la mer.

Mais l’avenir de cette école est menacé. Lors de la dernière rentrée scolaire, une vingtaine d’enfants a quitté l’école publique, au profit, pour la plupart, de l’école privée, située à Plobannalec. Une classe a fermé.

Pour rendre l’école publique plus attractive, monsieur le Maire veut, en particulier, en construire une nouvelle. Nous craignons qu’il veuille l’implanter dans le bourg de Plobannalec.

C’est oublier que si tant d’élèves ont quitté l’école publique, c’est notamment parce que le gouvernement n’a pas imposé la réforme des rythmes scolaires aux écoles privées, même sous contrat avec l’état. Faire quitter l’école publique du bourg de Lesconil n’y changera rien.

Nous sommes donc évidemment pour la construction d’une nouvelle école mais nous nous opposons fermement à ce que l’école publique quitte Lesconil.

Comme dans beaucoup d’autres petites histoires de petits villages partout en France, si une école quitte un bourg, c’est la mort du bourg.

C’est sur cette triste constatation que s’achève notre histoire. Mais une constatation n’est pas une fatalité.

Nous allons donc nous battre pour le maintien de l’école publique dans le bourg de Lesconil.

D’autres solutions sont possibles afin de garantir une offre laïque à tous les habitants de la commune.

S’il est nécessaire, un collectif citoyen est prêt à se constituer.

Nous vous proposons aussi de recueillir vos remarques, questions ou réflexions à l’adresse suivante : ecole.publique.lesconil@gmail.com.

Ces écrits, ainsi que le livre blanc qui a circulé pendant l’été sur la commune, seront remis à l’équipe municipale au plus vite.

Gaële Vichard-Le Noane, citoyenne, mère de deux enfants scolarisés à l’école publique Dr Fleming, membre du parti communiste et du Front de Gauche.

Commenter cet article