Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

Vers l'abandon du dollar:Les pays des BRICS se préparent à régler leurs échanges en devises nationales


Selon 1001 Info (l'Info au quotidien http://www.1001infos.net/ )

Economie, International, International, Politique|03/07/2015|


« Les pays des BRICS ( Brésil , Russie , Inde , Chine et Afrique deu Sud ) travaillent sur la possibilité de passer aux devises nationales pour les échanges à l’intérieur du groupement, a déclaré Sujata Mehta, ministre-adjoint des Affaires étrangères de l’Inde.“La possibilité d’échanger en devises nationales entre les pays des BRICS est une question qui est en train d’être considérée. Les banques de développement des BRICS préparent des documents à ce sujet. Elles ont étudié la possibilité d’accorder les accréditifs en devises nationales et d’autres mesures qui contribueraient à de tels échanges. Le processus n’est pas encore accompli, mais un travail préparatoire est mené”, a annoncé le ministre-adjoint.

Les BRICS représentent un groupement international. Lors du VIe sommet des BRICS, le 15 juillet 2014, à Fortaleza (Brésil), la convention sur la création d’un pool de 100 milliards de dollars pour le fond de réserve des BRICS a été signée.

Ce fond de réserve permettrait aux pays, en cas de besoin, de surmonter un manque de liquidité à court terme et de compenser un déficit budgétaire en période d’instabilité économique. La convention sur la création de la nouvelle banque de développement des BRICS a été aussi signée à Fortaleza. Son objectif est le soutien de projets d’infrastructure dans les pays des BRICS et les pays en voie de développement.Le prochain sommet des BRICS se tiendra du 8 au 10 juillet à Oufa.(*)

(*) En réalité il s'agit du sommet conjoint du BRICS et de l'OCS qui se déroulera en juillet dans la république russe de Bachkirie, il fournira à Moscou une excellente occasion d’afficher sa souplesse et son aptitude à braver les sanctions occidentales dont certains économistes européens prédisent qu'elles coûteront très cher à l'UE en terme d'emplois et de recul du PIB. Le cas des éleveurs de porcs en Bretagne, région qui est très touchée par les contre-sanctions russes est significatif. Les éleveurs porcins subissent un effondrement des cours. Les revenus moyens des éleveurs sont inférieurs à 12.000 euros par an. Selon Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine, "on perd un éleveur de porc par jour depuis des mois"... R.D.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article