Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

Une salutaire piqûre de rappel historique pour un devoir de mémoire.

Monsieur Y. Gérault de Rennes ne nous en voudra certainement pas de reprendre la lettre ouverte qu’il adressée au journal Ouest-France (Courrier des lecteurs OF du 21/07/2015)

Les oublis et oubliés de l'Histoire

« Les défilés du 9 mai à Moscou ont été commentés par bon nombre de journalistes comme étant seulement une démonstration de force de la part du président Poutine. Et l'un d'eux d'ajouter, je cite : « Pourtant 25 millions de soldats et civils soviétiques ont été tués au cours de la 2e Guerre mondiale. Entre 60 % et 70 % de Russes auraient perdu un membre de leur famille ». Par comparaison, il y eut 600 000 morts en France et 400 000 aux États -Unis.

Mais pourquoi ce « pourtant »? 25 millions de morts ne suffisent-ils pas pour comprendre qu'un peuple, à ce point martyrisé, ne ressente pas le besoin de se sentir protégé, même aujourd'hui, par une armée forte. Ce n'est pas « pourtant » mais plutôt « parce que » il y eut tous ces morts, qu'aujourd'hui encore, plusieurs centaines de milliers de Russes ressentent le besoin de défiler avec les portraits de leurs ancêtres tués, simplement pour dire aussi que derrière les chiffres il y avait des personnes qui avaient un visage, un nom, une famille et que leur liberté précieuse d'aujourd'hui, ils la leur doivent. Il faut savoir que l'épitaphe que l'on pouvait lire dans un cimetière à Leningrad : « Personne n'est oublié, rien n'est oublié », écrite par la poétesse Olga Bergholtz, est répétée, clamée, chaque année, le 9 mai en Russie.

Un autre chiffre devrait retenir l'attention des commentateurs. C'est celui trouvé dans les archives de la Wehrmacht à savoir que les deux tiers des soldats allemands tués durant la 2ème Guerre mondiale l'ont été sur le front russe. Même si on ne refait pas l'Histoire on peut légitimement se demander si Staline, dirigeant de l'URSS à l'époque, avait capitulé au début de l'invasion allemande et n'avait pas exhorté son peuple à combattre, quelle autre tournure aurait pris la guerre ? Les divisions allemandes, les millions de soldats allemands bloqués sur le front russe auraient pu alors être déployés dans d'autres pays notamment en France, en Italie... Le débarquement en Normandie en juin 1944 aurait-il alors été possible ou n'aurait-il pas été un peu plus retardé ? C'est donc bien le peuple russe, de par son sacrifice, qui a rendu la victoire des Alliés possible en 1945. Et je dois avouer ici toute la honte que j'ai ressentie en voyant le président actuel de la France, M. Hollande, refuser l'invitation du président Poutine de se rendre aux cérémonies à Moscou. C'est plus qu'une faute de mémoire à l'égard du peuple russe. À Rennes, le 9 mai, la communauté russophone ( Russes, Arméniens, Moldaves) s'est réunie dans une salle pour commémorer ce jour. De nombreux poèmes et chants écrits durant et après la guerre par des poètes mais aussi par de simples soldats ont été dits, entonnés et, 70 ans après, la lecture poignante de ces textes soulevait toujours l'émotion et des larmes rougissaient beaucoup d'yeux ».

Commenter cet article