Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

« Ne gomzan ket saozneg » (*)

C’est une charmante commune du Pays Bigouden, célèbre dans le monde universitaire et connue du monde entier pour avoir été au début des années 1960 l'objet d'une enquête du musée de l'Homme, avec la participation du sociologue et philosophe Edgar Morin. Ces travaux et enquêtes avaient déclenché un certain intérêt de la part de chercheurs japonais qui avaient organisé un colloque, et de chercheurs mexicains dont on ignore encore aujourd’hui ce qu’ils ont trouvé.

On sait également qu’une thèse consacrée à la « Description morphosyntaxique du parler breton de Plozévet » a été soutenue avec succès.

La commune est signataire depuis 2007 de la charte « Ya d’ar brezhoneg »(Oui à la langue bretonne) visant à promouvoir et développer l’usage de la langue bretonne dans la vie quotidienne des habitants et d’autre part 30 % des élèves du primaire sont scolarisés dans la filière bilingue français-breton.

Plozévet a pourtant répondu par avance à l’angoissante question de la place de la langue bretonne dans le futur paysage culturel et linguistique qui se dessine, où la langue française – la langue unificatrice de la nation – n’est même pas sûre elle-même de subsister en se plongeant avec un certain délice – semble t’il – dans le sabir ou le charabia anglais. Après son « mondial folk » nous avons le « groove on earth edition » organisé par « on air alternative » et « rast’art Bretagne ». Et des « greeters » viendront bientôt parler de façon insolite, originale et personnelle (en breton ?) de leur coin, leur quartier, leur ville...

A quoi servent donc les « classes bilingues » ?

(*) Je ne parle pas anglais

ALRX

Commenter cet article