Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

L'Europe , l'Eurogroupe et les Peuples d'Europe

Les peuples d'Europe sont de plus en plus méfiants vis à vis des dirigeants européens, c'est ainsi que selon Une étude sociologique réalisée à la demande de la Corriere della Sera atteste que les Italiens sont de plus en plus déçus par les institutions européennes et par le rôle de l'UE sur la scène internationale.

"En 2011, suite à la crise grecque, la confiance des Italiens dans l'UE a chuté de 72% à 53%. Depuis, elle a diminué davantage pour atteindre le niveau le plus bas: 49%. Il ne faut pas oublier non plus que 54% des Italiens ont salué la victoire de Tsipras en janvier dernier", a déclaré M. Pagnoncelli.directeur d'Ipsos Italia.

Mais le phénomène de rejet existe aussi dans d'autres pays européens, la promesse de référendum concédé par le premier ministre anglais concernant la sortie de l'Union Européenne, et plus récemment en Autriche, ou une pétition appelant à un référendum sur la sortie de l'Union européenne a été signée par 261.159 Autrichiens, et le parlement du pays est désormais contraint par la Constitution de décider si ce document justifie ou non l'organisation d'un référendum.

Cette question est d'ailleurs posée dans d'autres pays européens pour mémoire en France en 2005 voici tout juste dix ans les Français ont répondu NON, mais ce choix a été bafoué par les parlementaires de droite et socialistes. Ou est donc la Démocratie ?

A quelques heures du référendum en Grèce et quel qu'en soit le résultat, comme l'écrit Jacques Sapir dans un récent article «L'ampleur de l'ingérence européenne est sans égale; elle constitue un scandale inouï et un déni de démocratie immense. Elle jette un doute sur l'honnêteté du résultat si le « oui » devait l'emporter et elle divise fortement la société grecque. Les sondages montrent que le « oui » l'emporte chez les plus de 55 ans alors que le « non » est très majoritaire chez les moins de 30 ans. Cela correspond au fait que si 26% des grecs sont sans emplois, le pourcentage dépasse les 50% chez les moins de trente ans. La division de la société grecque est le produit de l'attaque insensée contre la démocratie mise en oeuvre par les institutions de Bruxelles"

Beaucoup de leçons seront à tirer de ces derniers six mois et surtout reconnaître que toute bataille menée de l'intérieur du système est appelée à rencontrer des obstacles tellement importants que l'on peut douter de son succès...

R.D.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article