Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

Eurogroup : la France ne doit pas plier et soutenir la Grèce jusqu'au bout (PCF)

Les informations qui circulent sur les débats de l'Eurogroup et les documents « leakés » sur les réseaux sociaux sont extrêmement inquiétants. Un engrenage destructeur visant le Grexit se met en place alors que le gouvernement grec a formulé, dans le calme et avec une grande humilité, un programme de réformes et un plan de financement viables, un compromis acceptable par toutes les parties.

Si l'Eurogroup n'a pas abouti hier, c'est parce que les forces de la droite radicale ne veulent pas céder la moindre marge de manœuvre au gouvernement de gauche d'Alexis Tsipras. Après avoir organisé l'asphyxie financière et le chantage avant le referendum, leur objectif est maintenant l’échec des négociations.

Ainsi, le représentant de la coalition gouvernementale droite/extrême droite Finlandaise menace d'un veto tout nouveau plan d'assistance financière à la Grèce. Et Wolfgang Schaeuble, le ministre des finances allemand joue les discussions de couloir autour d'un document de travail «off the table » qui préconise la sortie de la Grèce de l'Eurozone pendant 5 ans. Le tout sur fond d'humiliations et de procès d'intention insupportables jetés au visage des officiels grecs.

Le Parti communiste français tient à rappeler à toutes et tous que les heures les plus sombres de l'Histoire de l'Europe ne sont pas venues des aspirations populaires et de la démocratie mais bien de leur piétinement, des humiliations, des volontés hégémoniques et attitudes revanchardes. Nous ne pouvons pas laisser faire une folie qui jetterait les peuples dans le désespoir et dans les bras de la bête immonde.

La France a, certes tardivement, joué un rôle positif pour la conclusion d'un accord. Elle ne doit pas plier et le faire jusqu'au bout en soutenant les propositions grecques par tous les moyens diplomatiques jusqu'au veto, au cas où le grexit serait l'hypothèse retenue par l'Eurogroup.

Les dernières semaines auront été révélatrices des défauts de fabrication de l'Union Européenne, des conséquences du manque patent de démocratie, de la place laissée aux marchés financiers et institutions financières soit disant « indépendantes », du dumping social et de la concurrence entre les peuples.

Notre pays a le devoir non seulement d'aider les Grecs dans leur lutte pour la dignité mais de se battre à leur côté pour refonder l'Europe pour sortir de ce cauchemar.

Parti communiste français,

Paris, le 12 juillet 2015.

Commenter cet article