Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

Un livre éclairant avant la conférence sur le climat

L'ECOLOGIE PEUT ENCORE SAUVER L'ECONOMIE

de Gérard Le Puill

De longue date Gérard Le Puill s'intéresse à la survie de notre planète et en particulier aux problèmes liés à la nourriture et à l'agriculture. Il nous avait présenté son livre « Planète alimentaire » lorsqu'il avait présidé une de nos rencontres régionales. Avec « Bientôt nous aurons faim » dont nous vous avons entretenu dans ces colonnes il apportait une suite logique et constructive aux propos tenus dans ce livre. Avait suivi « Produire mieux pour manger tous d'ici 2050 et bien après ».

Voici trois titres consacrés à l'agriculture dont les décideurs, s'ils étaient honnêtes, feraient bien de s'inspirer. Son nouvel ouvrage « L'écologie peut encore sauver la planète » est un ensemble d'analyses et de propositions qui tombent bien, quelques mois avant la conférence sur le climat qui va être accueillie en France du 30 novembre au 11 décembre prochains.

Dans son introduction il rappelle que les gaz à effet de serre (GES) ne cessent d'augmenter et la cause principale est le pillage des ressources naturelles de la planète par le système économique capitaliste. Il souligne qu'il faudrait disposer de 4 planètes si tous les habitants de la terre vivaient comme en Amérique du Nord, 2,44 pour vivre comme en Europe, 1,7 comme en France.

La première partie de son livre « La course au profit met la planète en feu » est consacrée à l'analyse des dégâts causés par le mode de vie et de consommation engendré par notre système économique. Il y démontre comment tout a empiré, dix-huit ans après la conférence de Kyoto, l'ineptie des raisonnements des économistes libéraux, le scandale du pillage économique de l'Afrique, l'aberration de l'urbanisation incontrôlée, la mauvaise gestion de l'eau et le triste bilan du Grenelle de l'environnement.

Cela lui donne l'occasion d'épingler au passage l'agriculture intensive source de dégradation du paysage, de l'appauvrissement des terres, de la pollution et du mal vivre des paysans. Il critique ces élus locaux qui, par espoir de retombées économiques cèdent aux sirènes des spéculateurs de l'immobilier de bureaux ou de grandes surfaces commerciales. Ou encore l'anarchie des transports livrés au privé, avec les distances de plus en plus longues entre le logement et le travail et le démantèlement du rail au profit de la route...

Dans la seconde partie « Partir de l'existant pour tout changer progressivement » l'auteur passe en revue toutes les solutions qui pourraient nous permettre de freiner le réchauffement climatique en même temps qu'elles permettraient aux populations de vivre mieux et sans la concurrence débridée qui finalement ne profite qu'aux nantis.

Cela veut dire notamment des modifications dans nos habitudes de consommateurs, ne pas céder aux sirènes promotionnelles de la grande distribution, par exemple, souvent causes de gaspillage, privilégier les circuits courts, aller vers les producteurs bios... Passer d'économie linéaire à l'économie circulaire en arrêtant par exemple la métropolisation qui groupe populations et activités dans des agglomérations tentaculaires où les temps de trajet sont trop longs, réorganiser le territoire, recycler mieux les usagés ou les déchets. Promouvoir l'agro-écologie car « la production agricole hyper-mécanisée et l'élevage intensif dans des bâtiments sophistiqués sont énergivores et très émetteurs de gaz à effet de serre ».

Il faut aussi penser global, produire et consommer local. Là encore les énormes distances parcourues par certaines denrées sont productrices de gaz à effet de serre. Le nucléaire et notre bouquet énergétique, hydraulique, éolien, solaire fait l'objet d'un chapitre particulier ou Gérard Le Puill nous démontre comment une sortie non préparée du nucléaire a conduit l'Allemagne à remettre en marche des centrales thermiques en particulier au charbon génératrices de gaz à effet de serre....

Voici donc un livre important au moment où le réchauffement climatique devient de plus en plus grave. Il est préfacé par Patrick Le Hyaric, député européen, directeur du quotidien « l'Humanité » qui est coéditeur.

Gabriel Delahaye (*)

3/3 pages 22€ Editions Cristel

(*) Gabriel Delahaye est rédacteur en chef du journal

« Bretagne Ile de France »

Abonnements 1 an 35 € 19 rue du Départ 75014 PARIS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article