Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

À Nantes, grosse colère des cheminots contre la généralisation de la sous-traitance


500 cheminots inquiets "de l'avenir du chemin de fer" et de la généralisation de la « sous-traitance » ont manifesté à Nantes, où une ligne reliant la préfecture de la Loire-Atlantique et Saint-Gilles-Croix-de-Vie n'a pas pu ouvrir avant la saison touristique pour cause de malfaçon et dysfonctionnement.

Envoyée spéciale : CLOTILDE MATHIEU pour l'Humanité

Le train de la route des vacances ne sifflera pas ce week-end le long de la ligne qui relie Nantes (Loire-atlantique) à Saint-Gilles-Croix-de-Vie (Vendée). Programmée le 5 juillet depuis plusieurs mois, SNCF Réseau a annoncé la semaine dernière le report de sa réouverture, probablement le 28 août voir en septembre. « Les garanties apportées par les prestataires ne sont pas suffisantes qu'il s'agisse de la sécurité des passage à niveau ou de la qualité de la signalisation ferroviaire », avait-elle expliqué dans son communiqué. Sur le chantier, de multiples malfaçons ont été repérées dès le 2 juin par la CGT.

Mais à l'époque personne n'avait cru bon d'écouter les cheminots. A midi, 500 d'entre eux venus l'ensemble de la région des Pays de la Loire, mais aussi de Bretagne, d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées se sont donnés rendez-vous devant la gare de Nantes pour converger ensuite vers l'Hôtel de région, où se tenait un colloque sur l'urbanisme de demain et les transports régionaux, organisé par l'Association des régions de France (ARF) .

« Voici, ici, la démonstration, l'exemple criant de ce que nous avons dénoncé durant des mois en nous battant contre la réforme du ferroviaire », affirme Gilbert Garrel, secrétaire général CGT de la fédération des cheminots, qui assistait jeudi au rassemblement organisé par la CGT, Sud Rail et l'Unsa devant la gare de Nantes. « Lorsque on veut le moins disant, on arrive à des situations comme celles-ci totalement ubuesque : une généralisation du recours à la sous-traitance ; des personnels insuffisamment formés et au final ce sont les usagers qui sont pénalisés », affirme le cheminot.

« Un fiasco », résume de son côté Aurélien Hamon, de la CGT-Cheminots des Pays de la Loire qui durant la prise de parole a annoncé que le PDG de SNCF Réseau, Jacques Rapoport allait ouvrir « des négociations en vue d'un protocole d'accord sur la sous-traitance », suite « à la multiplication de dysfonctionnements ». De son côté, la Région des Pays de la Loire principal financeur avec 54 millions d'euros sur les 108 millions que coûtent le projet a porté plainte contre le maître d'ouvrage, SNCF réseau. « Un chantier comme celui-là ne s'improvise pas, lance le vice-président en charge des transports, Gilles Bontemps, qui ne décolère pas. SNCF Réseau n'a pas mis les moyens, les effectifs nécessaires pour organiser correctement la rénovation de cette ligne. A croire qu'ils n'ont absolument rien retenu de l'expérience tram-train Nantes-Châteaubriant ». Le coût engendré par le retard n'est pas encore connu, mais déjà les communes qui avaient organisés des fêtes pour l'arrivée du train vont en avoir pour leurs frais. Sans compter que le train reste un élément essentiel pour la saison touristique.

Quant aux usagers, ils prendront les cars comme c'est le cas depuis dix mois maintenant. Or, déjà que, certains jours d'embouteillages, la durée du trajet était double, avec l'affluence estivale, il est certain que la SNCF leur fera préférer le train..

Commenter cet article