Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

Chômage : un nouveau bond en avril

Par Eugénie Barbezat pour l'Humanité (avec l'AFP)

Pour le 3e mois consécutif, le nombre de demandeurs d'emploi a de nouveau augmenté en avril, une hausse qui a touché toutes les catégories d'âge dans les mêmes proportions. Une hausse de 0,7% concernant les personnes n'exerçant aucune activité rémunérée.

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A a progressé de 0,7% le mois dernier, soit de 26.200 personnes, pour s'inscrire à 3.536.000, un nouveau record.

En ajoutant les catégories B et C (personnes ayant exercé une activité réduite), le nombre d'inscrits à Pôle emploi est en hausse de 1,0% et atteint un total de 5.344.600 en métropole, 5.645.000 en incluant les départements d'Outre-mer.

Il s'agit du troisième mois de hausse consécutif après une légère baisse en janvier. En février comme en mars, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A avait augmenté de 0,4%.

Les 54.100 demandeurs d'emplois supplémentaires recensés en avril dans les catégories A, B et C constituent la progression la plus forte depuis janvier 2013 (hors impact d'un "bug" informatique qui avait affecté les chiffres d'août et septembre 2013).

Sur un an à fin avril, la métropole compte 5,1% de demandeurs d'emploi de catégorie A en plus et 7,1% en incluant les catégories B et C.

La hausse d'avril a été presque aussi forte chez les moins de 25 ans en catégorie A (+0,8%) que chez les 50 ans et plus (+0,9%), alors qu'elle a été de 0,7% chez les 25-49 ans.

Le nombre de chômeurs inscrits depuis plus d'un an à Pôle emploi, considérés comme chômeurs de longue durée, a continué d'augmenter, +1,1% en un mois et +10,2% sur un an. Leur part dans le nombre total de demandeurs d'emploi inscrits est de 43,7% (+0,1 point en un mois, +1,3 point sur un an).

Peu après l'annonce de ces chiffres, le ministre du Travail, François Rebsamen, a annoncé un programme supplémentaire de 100.000 contrats aidés (*) sur l'année 2015pour tenter d'enrayer la hausse continue du nombre de chômeurs.

"Près de 450.000 demandeurs d'emploi éloignés du marché du travail bénéficient de contrats aidés et plus de 120.000 demandeurs d'emploi supplémentaires ont accédé à une formation depuis le début de l'année", a-t-il souligné dans un communiqué. "Cette politique sera intensifiée d'abord avec un renfort de 100.000 contrats aidés supplémentaires par rapport à la loi de finances initiale, ensuite avec 60.000 demandeurs d'emploi supplémentaires en formation selon l'engagement pris avec les présidents de conseils régionaux", a-t-il ajouté.


NDLR(*)Selon l'INSEE :Un contrat aidé est un contrat de travail dérogatoire au droit commun, pour lequel l'employeur bénéficie d'aides, qui peuvent prendre la forme de subventions à l'embauche, d'exonérations de certaines cotisations sociales, d'aides à la formation. Le principe général est de diminuer, par des aides directes ou indirectes, les coûts d'embauche et/ou de formation pour l'employeur. Ces emplois aidés sont, en général, accessibles prioritairement à des « publics cibles », telles les personnes « en difficulté sur le marché du travail » ou les jeunes. Ils relèvent du secteur marchand (c'est le cas par exemple du contrat unique d'insertion marchand CUI-CIE) ou du secteur non marchand (par exemple le contrat unique d'insertion non marchand CUI-CAE). Dans le second cas, ils sont le plus souvent conclus par des associations, des collectivités territoriales ou des entreprises publiques.

Remarque

Les personnes « en difficulté sur le marché du travail » sont : les demandeurs d'emploi de longue ou de très longue durée (par exemple les personnes ayant 12 mois de chômage dans les 18 mois précédents, ou 24 mois dans les 36 mois précédents), les bénéficiaires de minima sociaux tels que l'allocation de solidarité spécifique (ASS) ou le RMI, les personnes handicapées, les personnes de plus de 50 ans au chômage depuis plus de 3 mois ou en congé (ou convention) de conversion, les jeunes sans aucune qualification...


En réalité ce sont donc près de 600 000 chômeurs qui sortent des statistiques, emplois précaires et sous payés!

R.D.


Commenter cet article