Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par glazik-plomeur

 Pour un 1er Mai de mobilisation contre l'austérité et la fuite en avant libérale


Le Parti Communiste du Finistère appelle à une large participation des Finistériens aux rassemblements syndicaux organisés dans le département dans la matinée du vendredi 1er Mai 2015:


Brest 11h00 - Quimper 10h30 - Morlaix 11h00 - Quimperlé 10h45 -

Douarnenez 11h00 - Pont l'Abbé 11h00 - Châteaulin 10h30 - Carhaix 10h30 -



L'enjeu est de taille : sans majorité à gauche et dans le pays, désavoués à chaque élection depuis 3 ans, Hollande et son gouvernement entendent poursuivre leur politique d'austérité, de cadeaux au patronat ( moins de fiscalité, moins de réglementation sociale, moins de protection des salariés), de remise en cause du droit du travail, des services publics et de la protection sociale, dans la droite ligne des préconisations du MEDEF et des dogmes ultra-libéraux et réactionnaires qui régissent actuellement l'Union Européenne.


L'activité économique est au point mort, le chômage, la précarité et les inégalités ne cessent de progresser. Pendant ce temps, les plus riches se goinfrent et les actionnaires touchent des dividendes indécents.


L'espoir d'un avenir meilleur pour notre société, à mille lieux de la montée en puissance des idées xénophobes et d'extrême-droite, ne pourra grandir que sur la base d'une intensification des luttes sociales et des mobilisations citoyennes pour imposer des solutions de solidarité, de progrès social, démocratique et écologique et de partage des richesses, au lieu de ce durcissement de la domination du capitalisme sur nos vies auquel nous assistons depuis des années.


En cette fête du premier mai, nous devons affirmer tout particulièrement notre détermination à soutenir les Grecs et le gouvernement Syrisa dans leur bras de fer avec l'Europe et les institutions de la finance.

Les Grecs ont montré la voie en ayant le courage d'engager l'épreuve de force avec l'Union Européenne et les institutions financières pour faire passer les besoins sociaux, les exigences de civilisation et l'humain avant les profits de quelques uns. Aujourd'hui, l'Union Européenne et de nombreux gouvernements européens voudraient étrangler financièrement le gouvernement Syrisa et de le mettre à genou pour que les peuples ne commencent pas à penser qu'on peut faire autrement que de se soumettre aux exigences du libéralisme et de la finance.


C'est une partie de l'avenir de l'Europe qui se joue aujourd'hui en Grèce.


La fédération PCF du Finistère

Commenter cet article